LE FORUM DE CYRINE, PAR CYRINE POUR CYRINE
 
CYRINE ON A DECOUVERT TON PETIT SECRET Hihihihihihi

Partagez | 
 

 I hope that someone gets my message in a bottle [Chris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lexy J. Caldwell
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 421
▌LOCALISATION : Beverly Hills
▌JOB : Mannequin
▌EN CE MOMENT : Trêve de Nöel
▌JUKE-BOX : Shaka Ponk - My Name Is Stain
▌AVATAR PRIS : Jessica Stroup

Relations & Informations
» Humeur:
90/100  (90/100)
» Arme / Pouvoirs :: Ma langue de vipère !
» Your Relations:
MessageSujet: I hope that someone gets my message in a bottle [Chris]   Lun 20 Fév 2012 - 23:49

Le mauvais temps se faisait de plus en plus virulent dehors, comme si l'heure du jugement dernier s'abattait finalement sur la ville de tous les péchés. Accoudée à la fenêtre de sa chambre, Lexy observait la pluie tomber et les arbres danser. Cette pluie créait une douce mélodie à laquelle les arbres semblaient ajuster leurs mouvements. Elle avait toujours préféré la pluie et la neige au soleil ; le mauvais temps avait pour habilité d'imager l'état émotionnel dans lequel elle se trouvait la plupart du temps. Aujourd'hui un tsunami n'aurait pas suffi. Il semblait si loin le temps où la jeune femme revenait en ville, pleine d'aplomb et bien décidée à faire payer son ainée. Toutes les portes menant à la vengeance lui paraissaient grandes ouvertes, les pions s'alignaient les uns après les autres, les plans fleurissaient dans son esprit jour après jour ; un vrai jeu d'enfant au premier abord. Alors que les semaines puis les mois passaient la situation se compliquait pour ne laisser que des portes à moitié ouvertes. Il a fallu prendre en compte de nouvelles personnes, de nouveaux sentiments, de nouvelles barrières qui avaient fini par avoir raison de sa motivation. La jeune femme détacha finalement son regard de ce paysage apocalyptique, elle jeta un regard circulaire à sa chambre ; privée de lumière, en désordre, cette dernière semblait encore plus lugubre qu'à l'accoutumé. Les domestiques qui autrefois faisaient vivre la maison l'avaient tous finalement quittée, certains auraient même changé de pays tant l'expérience fut traumatisante. Ce vide, cette absence avait créer un fossé entre Lexy et le reste du monde car plus rien ne semblait vraiment l'y relier. La villa paraissait complètement vidée de toute présence humaine, il n'y avait pas de nourriture, pas de lumière, les objets étaient constamment à la même place, un fantôme aurait rendu les lieux plus chaleureux. C'est ce que le mannequin avait constaté alors qu'elle était descendue dans la cuisine dans le but de faire du café, rituel qui avait une importance cruciale dans le déroulement de sa journée. Cette dernière exprima son mécontentement dans un grognement qui aurait dissuadé n'importe qui de lui venir en aide. Elle se refusait à se rendre chez le voisin, après tout elle ne le connaissait ni d'Adam ni d'Eve et son stock de sourires hypocrites et de paroles mielleuses était épuisé. Il lui fallait donc faire ce qu'elle essayait d'éviter depuis des jours : affronter le monde extérieur. Remontant dans sa chambre, Lexy prit le temps de se soigner avant sa sortie ; le maquillage, la coiffure, la tenue, rien ne fut laissé au hasard. Bien qu'elle méprisait au plus au point les quelques heures à venir, il était hors de question de laissait transparaître une quelconque lassitude. Après tout elle pouvait croiser n'importe qui dans la rue, Brooke, Thomas ou pire encore, les paparazzis. Au volant de sa voiture, lunettes noires vissées sur le nez, elle espérait rentrer dans sa tanière le plus vite possible.

Un long soupire se fit entendre dans la queue du Karen's Café, Lexy avait déjà l'impression d'avoir des rides et sentait son dos se courber sous le poids des années. Elle tapotait nerveusement du pied tout en jetant des coups d'œil régulier vers la caisse pour constater à chaque fois que rien n'avait changé depuis la dernière minute. D'autant plus que le café était bien plus vivant que ce qu'elle avait espéré, beaucoup de gens étaient venus s'abriter : des couples d'ignorants amoureux un peu partout, des familles dont les enfants semblaient unanimement dopés au sucre, des fonctionnaires en pause, en conclusion le monde avait continué de tourner. La jeune femme tenait désespérément de faire naviguer son esprit dans des contrées moins bruyantes, une île paradisiaque se dessinait au loin jusqu'à ce qu'un braillement effaça cette image pour de bon. Un petit garçon venait de tomber à ses pieds, elle l'observa avec un sourire en coin ; les enfants étaient d'une stupidité sans nom. Son sourire narquois quitta ses lèvres lorsqu'elle remarqua que tous les yeux étaient braqués sur elle, tout le monde attendait que l'adulte vienne en aide au pauvre petit bonhomme en détresse. Lexy ne put retenir une grimace à l'idée d'approcher de si près un enfant dégoulinant de bave et de morve, elle parcouru la salle dans l'espoir de voir jaillir une maman débordée mais prête à secourir le fruit de ses entrailles. Finalement, elle daigna se baisser et attrapa maladroitement le petit garçon qui dès qu'il fut sur pied s'arrêta de pleurer ; ce geste dût le surprendre tout autant qu'elle. La génitrice, aussi débordée que prévue, finit par se montrer et récupéra son fils tout en remerciant la bonne samaritaine d'un grand sourire. Décidemment rien ne se déroulait comme prévu, elle avait été au centre de l'attention. La situation se dégrada encore lorsque Lexy vit au loin un visage qui lui était très familier, celui de Chris. Il la regardait depuis un moment, elle maudit la procréation avec véhémence. Voilà plusieurs semaines qu'elle essayait par tous les moyens de l'éviter, elle savait pertinemment qu'il était le seul qu'elle ne pouvait berner ; il lisait en elle comme dans un livre ouvert. Alors qu'il se dirigeait vers elle, des milliers de prétextes pour quitter la conversation rapidement lui venaient à l'esprit mais rien ne semblait assez habile. "Bonjour Chris ! Comment vas-tu ?" finit-elle par lâcher accompagné par un grand et beau sourire forcé.

• • •

You'd do anything for the one you love
'Cause anytime that you needed me I'd be there
It's like you were my favorite drug
The only problem is that you were using me
In a different way than I was using you
It's like I checked into rehab
And baby, you're my disease
Revenir en haut Aller en bas
Chris Anders
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 1577
▌LOCALISATION : A Beverly Hills
▌JOB : Photographe à Mode
▌EN CE MOMENT : A passé une assez bonne soirée au bal du Printemps.
▌JUKE-BOX : Kwes. - Bashful
▌AVATAR PRIS : Chris Evans

Relations & Informations
» Humeur:
40/100  (40/100)
» Arme / Pouvoirs :: Son appareil photo
» Your Relations:
MessageSujet: Re: I hope that someone gets my message in a bottle [Chris]   Lun 27 Fév 2012 - 16:45


CHRIS & LEXY - I hate ingratitude more in a person; than lying, vainness, babbling, drunkenness, or, any taint of vice whose strong corruption inhabits our frail blood.


La matinée s’annonçait morne pour le photographe ; accoudé à son bureau, il revoyait avec minutie les derniers clichés pris. Le temps était à l’orage, la pluie cognait contre les carreaux et la grêle menaçait d’arracher les vitres que la buée blanchissait. Les clichés défilaient entre ses doigts habiles, il contemplait les visages et les corps drapés de soie. Tout lui semblait très beau, très parfait…D’une facticité admirable. C’était ainsi dans le métier ; certaines photos étaient ‘photoshopées’ afin que les mannequins paraissent plus lisse, plus mince, irréelles. Chris jeta un dernier coup d’œil désemparé en direction de la baie vitrée ; Los Angeles croulait sous la pluie et le froid. Les buildings ressemblaient désormais aux lueurs dansantes de bougies. Son shoot en extérieur avait été complètement annulé et caché par cette intempérie. Se relevant de son fauteuil de cuir, le photographe colla son front contre la vitre ; sa respiration se transforma en de la buée. Il dessina quelques lignes infinies ; son esprit taguait le long de ces tracés sans fin. Il repensait à Rachel, aux visions d’un avenir trouble…Au shoot avorté, à tout et rien à la fois. Préoccupé, Chris l’était absolument ; il ne peut également s’empêcher d’accorder une pensée à Adrianna, son ‘ex’ meilleure amie, qui l’avait clairement lynché lors de leur dernière entrevue, et puis Lexy, sa sœur de cœur qui ne lui donnait plus la moindre nouvelle. Déçu par ces comportements irrespectueux, le photographe préférait tout ignorer et se voiler la face. La vérité le dérangeait terriblement. Prenant son visage entre ses mains, le jeune homme regagna ensuite son bureau où il resta attablé durant une heure presque. Le temps lui était indifférent et l’accalmie ne semblait pas encore proclamée. En véritable spécialiste de l’image minutieux, Anders passa cette heure à lire quelques articles de presse, à réfléchir aux prochaines sessions programmées par LIFES, à écumer les listes de mannequins pour voir lequel serait parfait pour la promotion de la nouvelle collection de Rachel. Tournant machinalement les pages d’un book, il fut soudain interpellé lorsque quelqu’un toqua à la porte. La personne entra aussitôt en refermant soigneusement derrière elle. Chris se retrouva face à Lily suivie de James. Les deux amis prirent aussitôt place autour du bureau en saluant chaleureusement le playboy. Ils étaient visiblement venus un peu plus tôt que prévus pour voir le résultat du shoot ; Anders leur délivra alors une copie des photographies. Certaines étaient en noire et blanc, tandis que d’autres brillaient de mille et une couleurs. Enjouée, Lily esquissa un grand sourire, bien fière du résultat tandis que modestement, le producteur de musique acquiesça. Ainsi, les photographies allaient être prises pour la promotion de la marque ‘James’. Chris était toujours ravi de voir que son travail plaisait. Soudain, quelqu’un toqua encore à la porte ; finalement, le photographe était très sollicité en début de cette matinée pluvieuse. Timidement, son stagiaire lui demanda s’il pouvait se libérer au plus vite du rendez-vous qu’il avait à l’instant car une réunion venait de débuter dans la salle de conférence. Lily et James comprirent alors que Chris bondit de sa chaise, s’excusant platement de devoir les abandonner. Il les raccompagna jusqu’à l’accueil puis disparut aussitôt vers la salle de réunion, pleine à craquer. Evan Hilton donnait les indications pour le prochain magazine. Lorsque vint au tour du fêtard de parler, il expliqua son projet ; ses idées furent saluées par le grand patron ainsi que ses autres collègues. Certains stylistes trouvèrent son engagement admirable et désiraient vraiment s’investir dans le projet. Jetant un coup d’œil sur tous les visages l’entourant, le jeune homme chercha à trouver le regard émeraude d’Adrianna…mais en vain. La styliste était classée aux abonnés absents. Il ne la voyait plus du tout à MODE et craignait le pire à son sujet. Enfin, Hilton donna congé à tous ses employés. Après avoir échangé quelques mots avec certains collègues, Chris prit alors la direction de la sortie ; réajustant le col de sa veste en cuir, le photographe chevaucha promptement sa bécane. Malgré le temps orageux, la moto parvint à osciller entre les rues étroites et embouteillées de la City ; les lampadaires éclairaient la route d’une douce teinte orangée. La brume hantait les hauteurs grises des cieux. Garant sa précieuse cylindrée à l’abri de l’averse, Chris pénétra alors dans le Karen’s Café. Il avait besoin de boire quelque chose qui allait l’éveiller un peu de sa torpeur tout en lui réchauffant l’estomac et le cœur.

Une fois à l’intérieur, le jeune homme attendit sagement que vienne son tour ; il se prit un café noir, sans sucres. Il aimait les choses bien fortes. L’odeur enivrante de la caféine lui rendit son sourire. A pas furtifs, Anders dépassa les premières tables bondées de monde puis s’installa calmement près de la fenêtre ; durant de longues minutes, tout en sirotant son café, il observa les passants défilant promptement dans les rues baignées par la pluie diluvienne. Un éclair zébra le ciel en lui donnant une teinte d’un bleu troublant. Puis un deuxième tonnerre éclata en même temps que les braillements d’un enfant. Tournant la tête en direction du fiasco, le photographe observa comme tous les clients du petit café ; et un sourire se peignit sur ses lèvres lorsqu’il la reconnut. Lexy, sa sœur de cœur, sa protégée en quelques sortes. Hautaine et fière, le mannequin daignait à peine regarder l’enfant à terre qui pleurait à chaudes larmes. Chris se retint d’intervenir ; il espérait vraiment que Lexy allait faire quelque chose, qu’elle allait aider l’enfant à se redresser mais rien…Les minutes défilèrent à ses yeux si lentement, si durement qu’il se redressa, prêt à intervenir. Mais là, enfin, le soulagement ; s’abaissant à la hauteur du garçonnet, Lexy le redressa. L’enfant lui adressa un grand sourire avec les yeux pétillant de malice. Les dernières larmes roulèrent sur ses joues rouges. Une femme intervint en trombe afin de remercier le mannequin pour son aide précieuse. Le petit garçon salua Lexy d’un énième sourire ensoleillé puis disparut avec sa mère dans le fond du café. Lorsque le regard de sa protégée se posa dans le sien, Chris esquissa un léger sourire, le regard étincelant curieusement ; la fierté s’y lisait probablement. Mais ce n’était pas là, le seul sentiment qui fourmillait en lui. Lexy avait longuement hésité avant de venir en aide au garçonnet. Ce comportement ne lui plut pas du tout. Et puis, le playboy se rappela de toutes ses frasques relaguées par les médias ; ses agissements déplacés à l’égard de Brooke et de son fiancé Jude, ses emportements frénétiques à l’encontre d’autres mannequins et ses disputes virulentes avec de simples inconnus. Dans les pages de ces magazines, quelques photograpgies très significatives se mêlaient aux railleries de la presse. Le photographe se glissa hors de la banquette puis alla à la rencontre de Lexy. Celle-ci afficha un grand sourire, teinté d’hypocrisie. Il la connaissait trop bien.

- Bonjour ! Je vais bien. Et toi ? demanda t-il courtoisement. Son regard se fit insistant, vif. Je croyais que tu n’allais jamais le relever. Dit Chris en faisant référence à l’enfant tombé quelques minutes plutôt aux pieds de Lexy. Au moins, on pourra dire que tu as fait une bonne action aujourd’hui. D’ailleurs ça te fait quoi ? Vu que tu es habituée à des comportements bien moins…humains. Murmura t-il plus aigre. Rougissant, la jeune femme ne répondit rien, sans doute trop honteuse à l’idée que son ami soit au courant des félonies et vulgarités qu’elle avait pu commettre ces derniers temps. Lui-même était blessé de ne pas avoir eu de ses nouvelles assez fréquemment car à chaque fois où il l’appelait, soit elle raccrochait, soit elle ne répondait pas. Lexy attrapa la tasse encore fumante puis regagna, malgré sa volonté, la table du photographe. Ce dernier s’installa face à elle et plongea son regard d’azur dans le sien ; il cherchait dans ses grandes prunelles claires, des réponses…Une lueur d’espoir. Mis à part cela, dis-moi que tu comptes enfin te calmer un peu ? S’il te plait, ne me dis pas que j’ai perdu mon temps avec toi Lexy, soupira Chris. Un sourire jaune lui passa sur les lèvres ; il voulait tellement qu’elle emprunte la même voie que lui ; qu’elle arrête les mesquineries, le vice…Le Mal. Lexy était une femme vraiment délicate ; il fallait juste creuser un peu plus sous la surface pour découvrir une personne formidable, et ça, Chris Anders voulait que le monde entier le voit.


• • •



“To love is to risk not being loved in return.
To hope is to risk pain. To try is to risk failure,
but risk must be taken because
the greatest hazard in life is to risk nothing.”

Revenir en haut Aller en bas
Lexy J. Caldwell
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 421
▌LOCALISATION : Beverly Hills
▌JOB : Mannequin
▌EN CE MOMENT : Trêve de Nöel
▌JUKE-BOX : Shaka Ponk - My Name Is Stain
▌AVATAR PRIS : Jessica Stroup

Relations & Informations
» Humeur:
90/100  (90/100)
» Arme / Pouvoirs :: Ma langue de vipère !
» Your Relations:
MessageSujet: Re: I hope that someone gets my message in a bottle [Chris]   Sam 10 Mar 2012 - 18:53

Voilà bien des lustres que Lexy ne s'était pas montrée aussi aimable et bienveillante envers son prochain, la sensation était très étrange et surtout tout à fait nouvelle. Alors que le petit garçon s'échinait à lui faire son plus beau sourire tout en agitant sa main, cette dernière n'aspirait qu'à le voir partir pour ne plus jamais le croiser. Tant de chaleur humaine était très mauvais pour son teint. Alors que la mère courage et toute sa marmaille quittaient enfin les lieux, elle croyait son calvaire achevé mais c'était sans compter sur les heureux hasards de la vie. Une force divine, qui curieusement se manifestait toujours au mauvais moment, avait réuni les deux amis au même endroit et à la même heure. La jeune femme baissa le regard à le seconde où elle croisa le sien, priant vainement tous les cieux pour qu'il ne l'ait pas remarqué. Depuis le temps, elle devrait pourtant savoir que personne n'était de son côté dans ces contrées lointaines. Sans grande surprise, ses prières tombèrent dans l'oreille d'un sourd et Chris quitta son siège pour se diriger vers elle. A ce moment, les sentiments du jeune mannequin étaient partagés et très confus. Elle ne pouvait renier la joie qu'elle éprouvait, après tout il était l'unique personne a qui elle avait ouvert son cœur avec lequel elle avait choisi de l'aimer sincèrement. Néanmoins l'importance de son rôle dans sa vie amenait certaine conséquences, son opinion la concernant passait avant toutes celles des autres et aujourd'hui elle n'avait aucune envie de l'entendre car elle en connaissait trop bien la nature. L'idée qu'il pouvait être déçu de son comportement la rendait malade, Chris avait été le seul à lui tendre la main à un moment de sa vie où tout s'écroulait autour d'elle et encore une fois, elle avait une drôle de façon de remercier ceux avaient entrepris de lui venir en aide.

Il se montra particulièrement poli au premier abord, sans doute pour mieux prouver qu'il ne pouvait être dupe des ses machinations. La honte semblait lui avoir couper la langue, elle se sentait incapable d'émettre le moindre son et encore moins une quelconque justification. Le ton aigre de la voix du photographe fini de l'en dissuader. Son interlude avec la serveuse lui donna quelques secondes de répit, elle qui avait attendu son tour avec tant de ferveur faisait maintenant tout pour faire durer sa commande. Lexy bénit d'ailleurs la maladresse de l'employée qui lui donna encore quelques bouffées d'air. Néanmoins une fois la tasse de café devant ses yeux, elle n'eut d'autre choix que de suivre son ami pour s'installer à sa table. La nuisance sonore du café était assez importante en ce jour pluvieux, tout le monde semblait avoir choisi de se refugier ici. Ce n'était pas pour lui déplaire, une foule importante n'était absolument pas propice à une ambiance intime et ne laissait donc présager aucune confidence ; elle n'avait aucune envie d'étaler ses déboires et ses blessures en ce lieu. C'était sans compter sur la présence de Chris qui semblait bien déterminé à avoir des réponses. La jeune femme resta longuement silence suite à l'interrogation de son ami, elle hésitait à se montrer honnête quant à ses réelles motivations. Par cette question le photographe semblait laisser entendre qu'il s'agissait uniquement d'un énième caprice, alors qu'il était le seul à connaître le détail de sa relation avec son ainée ; elle avait donc espéré un peu plus de compréhension de sa part. Elle choisit de concentrer toute sa déception dans sa main qui se mit à tapoter légèrement le coin de la table.

"Je n'ai aucunement l'intention de me calmer" dit-elle la gorge serrée. Lexy ne voulait surtout pas qu'il ait l'impression d'avoir perdu son temps avec elle, l'idée qu'il l'envisageait la faisait d'ailleurs bouillir de rage, mais si elle continuait ainsi elle risquerait sûrement de donner raison aux mauvaises langues. Machinalement elle sortit son paquet de cigarettes de son sac, elle s'apprêtait à en allumer une lorsqu'elle croisa le regard réprobateur de Chris qui l'a fit renoncer immédiatement. La jeune femme se contenta alors de sa tasse de café, elle sentait le regard insistant de son ami posé sur elle mais n'y prêtant pas attention, elle gardait le regard dirigé vers l'extérieur. La pluie n'avait pas cessé de tomber depuis son arrivée, chaque goutte se heurtait violemment à la vitre et produisait un petit son jusqu'à donner naissance à cette mélodie commune à toutes les averses mais différente à chaque fois. Le bruit de la machine à café mit fin à ses rêveries, cette fois elle ne put échapper son regard au loin et fut contrainte de rencontrer celui du photographe. Avec une facilité déconcertante, il arrivait à traduire les émotions qui se lisait dans le regard du mannequin. Elle espérait avec véhémence qu'il y lirait toute sa souffrance qu'elle se refusait à exprimer à vois haute par fierté. "Je ne vois pas pourquoi je m'arrêterais en si bon chemin" dit-elle un sourire narquois accroché aux lèvres "Brooke est encore loin d'avoir eu son compte..." Son regard était intensément fixé dans celui de Chris, elle avait absolument besoin qu'il comprenne ce que personne d'autre n'avait compris.

Spoiler:
 

• • •

You'd do anything for the one you love
'Cause anytime that you needed me I'd be there
It's like you were my favorite drug
The only problem is that you were using me
In a different way than I was using you
It's like I checked into rehab
And baby, you're my disease
Revenir en haut Aller en bas
Chris Anders
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 1577
▌LOCALISATION : A Beverly Hills
▌JOB : Photographe à Mode
▌EN CE MOMENT : A passé une assez bonne soirée au bal du Printemps.
▌JUKE-BOX : Kwes. - Bashful
▌AVATAR PRIS : Chris Evans

Relations & Informations
» Humeur:
40/100  (40/100)
» Arme / Pouvoirs :: Son appareil photo
» Your Relations:
MessageSujet: Re: I hope that someone gets my message in a bottle [Chris]   Ven 30 Mar 2012 - 20:18


CHRIS & LEXY - I hate ingratitude more in a person; than lying, vainness, babbling, drunkenness, or, any taint of vice whose strong corruption inhabits our frail blood.


Alors qu’il venait de trouver refuge dans le Karen’s Café afin de faire une petite pause, le photographe constata avec stupeur que parmi la liste de clients du café, il y avait Lexy, celle qu’il considérait comme une jeune sœur, celle dont il aimait la compagnie et celle qu’il voulait protéger coûte que coûte. Hélas, le mannequin lui sembla affreusement pâle, comme si elle cachait quelque chose qui la rongeait jusqu’au sang; malgré qu’il n’était pas friand des chuchotis mondains, il n’en demeurait pas moins à la page par rapport à certaines de ses connaissances et aux histoires de leurs vies qui ne tarissaient pas d’évènements rocambolesques. Lui-même était dans ce même cas ; sa vie changeait du tout au tout, de nouveaux personnages y laissaient une trace, alors que d’autres en avaient été gommés sans doute pour l’éternité. Chris était donc au courant de ce qui se passait grosso modo dans l’existence de sa sœur de cœur ; elle manigançait quelque chose. Anders était au courant de ses multiples tentatives de nuire à son aînée, Brooke, et il avait le sentiment que la jeune femme préparait quelque chose de bien plus cruel à cette dernière ; un plan sordide dont l’issue ne pouvait être que macabre pour l’un des deux camps. Malgré que Lexy lui avait expliqué l’entière situation en mettant des termes sur ses maux, il préférait jouer la neutralité. Si bien sûr Brooke venait à s’en prendre à Lexy ‘officiellement’ et sous ses yeux, là, il s’imposera un choix, et le plus juste, celui du cœur. Mais pour l’instant, le photographe préférait s’imposer comme arbitre ; la rencontre ne devait en aucun cas se terminer par la victoire de l’une ou de l’autre. Un match nul paraissait nettement plus avantageux et surtout moins dangereux, aussi bien pour Brooke que pour Lexy. La serveuse déposa les tasses fumantes sur la table avant de disparaître promptement vers le comptoir. Le silence s’installa aussitôt entre Chris et sa protégée ; la jeune femme paraissait très hésitante, et prise au dépourvu. Elle aurait sans doute espéré retarder encore plus l’échéance de ce rendez-vous pourtant fatal. Anders sirota quelques gorgées de son café avant de reposer la tasse sur la petite soucoupe ; Lexy chercha du regard une sortie, mais en vain. La discussion était obligatoire et fuir Chris relevait vraiment de l’impossible. Ses questions sévèrement posées ressemblaient plus à des critiques ; le mannequin s’écartait dangereusement du chemin qu’il avait dessiné pour elle. Il n’en était pas particulièrement fier sur le coup. Ses histoires mouvementées faisaient les gros titres de la presse à scandales. Honteuse, elle baissa la tête en agitant nerveusement la cuillère dans la tasse avant de répondre sèchement au playboy. Ce dernier grimaça, peu convaincu et assez déçu même. Finalement, s’était-il investi pour rien ? « Sincèrement dis-moi comment dois-je le prendre ? Est-ce une plaisanterie ? » Il était sérieux, sec. Son regard oscilla furtivement entre la silhouette filiforme de la serveuse qui venait de frôler leur table et le regard azuré du mannequin. Elle paraissait gênée. Son visage blanchissait à vu d’œil. Nerveusement, elle tira alors un paquet de cigarettes ; Chris lui adressa une œillade réprobatrice et aussitôt, la brune le rangea, en soupirant, excédée par son attitude si sévère envers elle. Chris Anders avait changé, pour Rachel surtout, mais aussi pour lui. La vie saine que prônait la styliste n’était finalement pas si mal ; il y avait aussi bien son lot de bonnes et mauvaises choses. Lexy attrapa sa tasse de café et la fit tournoyer sur elle-même avant d’afficher un air neutre, fier. « Quand mettras-tu enfin cette histoire derrière toi Lexy ? Vos disputes sont puériles. Il faut passer à autre chose. Grandis un peu et ignore-là. Elle n’attend que cela et en agissant ainsi, tu ne fais que vivre dans son ombre. Ni plus, ni moins. Fais-moi confiance et passe à autre chose. Tu en ressortiras grandie, et c’est elle qui va s’écraser devant toi. Car sur le coup, tu aurais été vraiment plus maligne qu’elle ! » Le photographe accompagna ses sages conseils d’un sourire brillant ; il était sincère. La situation entre Lexy et son aînée était vraiment tendue et pour ce qu’il avait pu comprendre et voir de leur guéguerre, les choses n’allaient finalement que de mal en pis. La jeune Caldwell devait se montrer plus audacieuse que son aînée en arrêtant les hostilités ; Brooke n’était pas quelqu’un à prendre à la légère. Elle avait le bras long. Lexy était également redoutable, mais Chris craignait que sa colère ne l’aveugle trop lors de cette bataille et ne la lui fasse perdre à jamais. Le passé devait rester sagement enterré ; revenir dessus n’avait rien de bon, au contraire. Cette affaire houleuse en plus de séparer les deux sœurs, ne faisait que ronger sa protégée de l’intérieur. Le photographe attrapa sa tasse de café, en but quelques gorgées avant d’ajouter tout bas et posément. « Je ne dis pas ça parce que je suis dans ton ou son camp, je dis cela parce que c’est logique. Tu dois tout arrêter tant qu’il en est encore temps ! » Il marqua une longue pause, soupirant en levant les yeux au ciel. « Ta sœur est finalement la grande gagnante. Regarde-toi. Lexy, votre guerre ne fait que te détruire. Elle t’a rendue hargneuse. Mauvaise. S’il te plait, essaye de changer. Ou tout du moins, essaye de l’oublier et d’aller de l’avant. Je sais que tu en es capable. Tu l’as bien fait avec la drogue, tu peux le faire avec ta sœur et votre passé. Je ne connais pas toutes vos histoires, mais je sais que cela te ronge et que tu y penses jour et nuit. C’est mauvais. Vraiment pernicieux. Et tu vaux mieux que cela. Oui, j’en suis certain ! » L’optimisme de Chris pouvait être vu comme naïf ou utopique, mais le photographe espérait sincèrement que sa sœur de cœur médite ne serait-ce que quelques secondes sur ses propos. « Si j’ai pu changer, tout le monde peut le faire ! » Un sourire se dessina sur ses lèvres alors que la serveuse revenait en leur direction. Il lui adressa un clin d’œil. Il n’avait pas totalement changé, mais ses buts, ses espérances et ses valeurs étaient nettement plus saines, moins dépravées et moins vagues. Il savait désormais réellement ce qu’il voulait et il espérait qu’un jour, Lexy emprunterait le même chemin ; son âme en sera plus reposée, tout comme son esprit et son cœur. Et enfin, sans doute, se libérera-t-elle des chaînes la liant à sa sœur et à leur passé obscur.


Spoiler:
 

• • •



“To love is to risk not being loved in return.
To hope is to risk pain. To try is to risk failure,
but risk must be taken because
the greatest hazard in life is to risk nothing.”

Revenir en haut Aller en bas
Lexy J. Caldwell
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 421
▌LOCALISATION : Beverly Hills
▌JOB : Mannequin
▌EN CE MOMENT : Trêve de Nöel
▌JUKE-BOX : Shaka Ponk - My Name Is Stain
▌AVATAR PRIS : Jessica Stroup

Relations & Informations
» Humeur:
90/100  (90/100)
» Arme / Pouvoirs :: Ma langue de vipère !
» Your Relations:
MessageSujet: Re: I hope that someone gets my message in a bottle [Chris]   Dim 15 Avr 2012 - 14:55

Souvent, Lexy avait tenté de remonter à la genèse du conflit qui l'opposait à son ainée. Elle ne pouvait se résigner à accepter qu'une petite jalousie enfantine ait pu engendrer autant de rancœur et d'amertume, néanmoins ses recherches restaient infructueuses et elle ne parvenait à trouver d'explication. Peut-être un effet boule de neige, les manigances de Lexy et les moqueries de Brooke avaient peut-être fini par les avoir respectivement à l'usure. Alors qu'auparavant elle était fermée à double tour, la porte de la réconciliation semblait s'être légèrement entrouverte depuis leur dernière rencontre. Contre toute attente, la jeune femme avait fait le premier pas ; lasse de ces disputes puériles et absurdes, elle avait hissé le drapeau blanc en signe de paix. L'heure n'était évidemment pas aux séances de coiffures, shopping ou encore confessions autour d'un pot de glace, mais au moins les hostilités avait cessé. Fière d'avoir agi en adulte, elle ne s'en était vantée à personne et gardait jalousement cette fierté pour elle. Aujourd'hui cette décision lui apparaissait comme une stupide erreur, si elle s'était confiée à son ami peut-être qu'il n'aurait pas entrepris de la sermonner . A la frustration de ne pas avoir pu rentrer directement se terrer chez elle, s'ajoutait celle d'être réprimandée comme une petite fille. D'ailleurs, Lexy restait perplexe face à la réaction de Chris. Certes , les actes qu'elle avait pu commettre dans le but de nuire à Brooke étaient tout à fait répréhensibles mais elle était blessée par le manque de confiance qu'avait, celui qu'elle considérait comme son mentor, en elle. Avec tristesse elle constata qu'il n'avait pas essayé de chercher plus loin ; fidèle à ses lectures dans divers magazines people, il s'était empressé de la sermonner avant d'essayer de comprendre la situation d'un autre point de vue. Comme s'il ne pouvait imaginé qu'elle essayait de faire des efforts pour améliorer sa relation avec son ainée, comme si elle était incapable de faire preuve de maturité. Elle aurait ignoré ce genre d'attitude de la part d'un autre, quelqu'un qui ne la connaissait pas, qui ne la respectait pas, mais dans la bouche de Chris elle ne pouvait le supporter. Elle en avait assez de se faire constamment dicter sa conduite, certains la trouvaient inappropriée et incompatible avec leurs valeurs et trouvaient en cela une justification suffisante pour agir de la sorte. Le mannequin avait donc décidé de retourner la situation en sa faveur, cette fois elle ne voulait pas avoir honte ou blâmer son comportement. Elle eut cependant quelques secondes d'hésitation, Chris était son seul et unique ami et s'il découvrait qu'elle s'était jouée ainsi de lui leur amitié n'y survivrait peut-être pas ; de toute façon c'était trop tard, son orgueil avait déjà pris le pas sur sa raison. D'autant plus qu'elle n'allait pas être complètement malhonnête, elle comptait raconter la véritable évolution de sa relation avec Brooke tout en la saupoudrant de quelques artifices qui devraient lui faire regretter ses paroles.

"Ca m'aurait étonnée que tu le prennes autrement..." Dit-elle d'un ton amer, avant de boire une gorgé de café. Alors que Chris se lançait dans un monologue qui lui semblait infini, Lexy balaya rapidement la salle du regard. Parfois elle se surprenait à envier des vies ordinaires, anonymes, en résumé des vies complètements opposées à la sienne. "Si tu avais pris le temps de lever un peu ton nez de ces magazines people dont tu sembles friand, tu aurais remarqué que la situation a beaucoup évolué depuis quelque temps." Un sourire hypocrite était accroché à ses lèvres rosies par son rouge à lèvres fétiche. "Figure-toi que j'ai fais le premier pas pour justement mettre ces histoires derrière moi, j'ai été la première à manifester ma volonté d'y mettre un terme." Elle ne s'était même pas rendue compte à quel point elle avait élevé la voix, dans laquelle on pouvait sentir la déception de ne pas être prise au sérieux. La jeune femme regrettait d'en arriver là, se jouer de Chris pour redorer un peu son blason, se venger de tous ceux qui l'avaient critiqué sur Chris ; elle aurait voulu faire les choses autrement, elle aurait voulu avoir une vie différente. " Je constate que tu as une piètre opinion de moi, je vis donc dans l'ombre de ma sœur parce que c'est elle la gagnante... Tu n'as pas besoin de préciser que tu n'es pas dans mon camps, je l'ai bien compris." Elle marqua une pause et soupira longuement, elle avait décidemment de vrais talents de drama queen. " Il a suffit de quelques phrases de ma part qui allaient dans ton sens pour que tu tombes dans le panneau et que tu prennes pour acquis tout ce qui tu avais pu lire ou entendre." Lexy jouait le tout pour le tout, cette conversation avait deux issues possibles ; soit elle se terminerait pas ses excuses soit par celles de Chris.

Spoiler:
 

• • •

You'd do anything for the one you love
'Cause anytime that you needed me I'd be there
It's like you were my favorite drug
The only problem is that you were using me
In a different way than I was using you
It's like I checked into rehab
And baby, you're my disease
Revenir en haut Aller en bas
Chris Anders
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 1577
▌LOCALISATION : A Beverly Hills
▌JOB : Photographe à Mode
▌EN CE MOMENT : A passé une assez bonne soirée au bal du Printemps.
▌JUKE-BOX : Kwes. - Bashful
▌AVATAR PRIS : Chris Evans

Relations & Informations
» Humeur:
40/100  (40/100)
» Arme / Pouvoirs :: Son appareil photo
» Your Relations:
MessageSujet: Re: I hope that someone gets my message in a bottle [Chris]   Sam 28 Avr 2012 - 18:37


CHRIS & LEXY - I hate ingratitude more in a person; than lying, vainness, babbling, drunkenness, or, any taint of vice whose strong corruption inhabits our frail blood.


Le photographe décida de jouer cartes sur table avec sa sœur de cœur ; il était temps pour lui d’assumer enfin pleinement son rôle de défendeur et de donner un avis neutre et franc sur la situation. Ses paroles furent ponctuées à maintes reprises par les soupirs dénotant l’ennui profond de Lexy. La jeune femme jetait de temps en temps quelques coups d’œil par-dessus son épaule, tout en sirotant son café ; elle posait souvent son regard sur sa tasse et jouait avec la cuillère en touillant le café alors que Chris s’égosillait. Il fut d’ailleurs déçu de constater qu’elle ne l’écoutait pas, mais il n’ajouta rien, préférant lui laisser le bénéfice du doute ; peut-être l’avait-elle entendu et simplement s’amusait-elle à jouer la sourde oreille pour le titiller davantage ? Qu’importe. Suite à son monologue enflammé, le photographe joignit son regard à celui saphir de la brune ; celle-ci répondit enfin, usant de toute sa malice et de tout son charme pour davantage taquiner Chris. Il posa sa tasse légèrement refroidie sur la table et joignit les doigts tout en la fixant. Elle se moquait ouvertement de lui. Dépassé, le photographe sentait la colère influer au fond de son cœur qui battait à tout rompre ; il était agacé par ses remarques, par son air hautain, sûr. Non, il ne s’en voulait pas de l’avoir réprimandée, car là, demeurait son rôle ; il devait se montrer ferme et l’aider à percer dignement dans la sphère dorée et ô combien convoitée de la Mode, et pour lui, être ennemi avec Brooke Caldwell était une bien grossière erreur. Les deux jeunes femmes étaient sœurs. Lexy devait profiter malicieusement de la notoriété de sa sœur pour s’exposer à son tour, sans pour autant être complètement cachée par sa gigantesque ombre. Mais, vraisemblablement, le mannequin préferait taquiner les gens et jouer l’enfant capricieuse. Il réprima un soupir tout en croisant les bras sur son torse, assez agacé d’avoir été berné par son jeu. « Je ne suis pas friand des magazines people. Je me renseigne, sans plus. Comment veux-tu que je le remarque alors que tu ne me dis plus rien ces derniers temps ? » Son regard devint dur, tranchant. Un nouveau soupir fit frémir le bout de ses lèvres qu’il s’empressa de tremper dans le fond de son café. Tout en gardant la tasse en main, le photographe répliqua, acide. « Pourquoi ne me l’as-tu pas dit plus tôt ? Tu t’es bien moquée de moi, bravo Lexy ! » Il n’en démordait pas. Sec, froid, et tranchant, voilà le ton qu’il avait adopté. Ses yeux cyan brillaient à peine, comme s’ils détenaient un secret que lui seul connaissait. Lexy détourna un bref instant son regard de ses prunelles réprobatrices et inquisitrices avant d’enchainer, d’un ton plus enjoué, plus fier. « Je ne défends personne. Je suis logique, sans plus ! Tu devrais apprendre à le devenir aussi. Ta sœur est une prêtresse dans son domaine, être son ennemie va officiellement te fermer des portes. Réfléchis un instant Lexy. Tu es talentueuse, tu es superbe, en effet, tu as tout pour toi, mais dans ce monde, rares sont les gens qui réussissent à s’en sortir et à briller s’ils ne sont pas le fils de, la fille de ou la sœur de. J’ai réussi car je le voulais et que je ne me suis jamais mis à dos des gens comme ta sœur par exemple. Tu as la chance d’avoir une sœur qui excelle dans la mode, profites-en! » La brune haussa le ton sous le regard médusé du photographe ; il n’arrivait plus vraiment à articuler. Les mots peinaient à s’extirper de ses lèvres. A vrai dire, Chris était encore assez déçu de constater que Lexy s’était depuis le début jouée de lui, alors qu’il avait sincèrement mis son cœur à l’ouvrage en assurant du mieux qu’il le pouvait son rôle de frère de cœur, de protecteur…Elle ne le comprenait pas, et surtout ne comprenait pas ses paroles empruntes d’une sincérité et d’une justesse étonnantes. « Je ne prends aucun parti. Je respecte ta sœur, comme je te respecte. Ce que je ne respecte pas, c’est votre guéguerre puérile qui te ronge jour après jour. C’est exactement ça que je n’approuve pas ! Ne joue pas à la plus maligne avec moi. Je n’ai fait que ce que j’avais à faire, te remettre sur le droit chemin. Je pense que tu aurais fait pareil si j’avais été dans ton cas avec Lily. » Chris croisa les bras sur son torse en dévisageant la brune. « Je suis déçu que tu me vois ainsi. Je pensais que tu savais parfaitement qui j’étais et ce que je voulais faire avec toi. Quel était principalement le but de notre lien. J’étais ton parrain pour t’aider à te sortir de la drogue, de l’alcool, et je me suis dis que je n’allais pas m’arrêter là car tu as beaucoup de potentiel et que j’ai vu que ce tout le monde se refuse à voir et à croire ! A commencer par la presse people, ta sœur aussi, et tant d’autres. Mais ça, tu l’oublies. Tu penses que je la défends. Je la connais et je la respecte sans plus, mais ce n’est pas avec elle que je me suis engagé. Ce n’est pas elle que je veux défendre et protéger jusqu’au bout ! Ce n’est pas elle que j’ai sauvée. Tu n’avais qu’à me dire la vérité depuis le début. Je croyais qu’on se disait tout. Je voulais y croire et l’avoir en tant qu’acquis. Je pensais qu’on pouvait se faire confiance. Et quel est le résultat ? Tu te moques de moi, tu me caches des choses et tu m’évites. Je suis vraiment déçu. » Attrapant sa veste, le jeune homme se releva et déposa quelques billets sur la table afin de régler sa note et celle du mannequin. « Je n’ai pas à m’excuser d’avoir tenu un tel discours, car c’était mon devoir ! Je n’ai rien reproché, si ce n’est d’avoir fait beaucoup trop pour toi. Au revoir Lexy. Je vais voir si d’autres personnes n’ont pas besoin de mes services vu que visiblement, ils ne te sont plus trop utiles ! » Un sourire en coin brilla sur son visage. Ses yeux s’assombrirent alors que la déception, la frustration et l’énervement grandissaient en lui. Chris en avait assez de voir que ses amis le poignardaient tous dans le dos ces derniers temps ; Adrianna, Lexy…Il avait toujours été d’un naturel très compréhensif et très patient, mais voir que la personne à qui il accordait une confiance aveugle se jouait de lui, raillait ses paroles, ses méthodes tout en négligeant ce qu’il avait pu faire pour elle par le passé, le mettait sincèrement hors de lui. Le Karen’s Café se vidait ; la pluie avait cessé de cogner contre les vitres. Le ciel était toujours ombrageux. Le jeune homme poussa la porte et disparut dans les ruelles noires de monde.


Spoiler:
 


• • •



“To love is to risk not being loved in return.
To hope is to risk pain. To try is to risk failure,
but risk must be taken because
the greatest hazard in life is to risk nothing.”

Revenir en haut Aller en bas
Lexy J. Caldwell
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 421
▌LOCALISATION : Beverly Hills
▌JOB : Mannequin
▌EN CE MOMENT : Trêve de Nöel
▌JUKE-BOX : Shaka Ponk - My Name Is Stain
▌AVATAR PRIS : Jessica Stroup

Relations & Informations
» Humeur:
90/100  (90/100)
» Arme / Pouvoirs :: Ma langue de vipère !
» Your Relations:
MessageSujet: Re: I hope that someone gets my message in a bottle [Chris]   Lun 14 Mai 2012 - 0:28

La situation ne se déroulait absolument pas comme prévu, non seulement Chris avait percé son petit jeu à jour mais en plus il parvenait à retourner la situation en sa faveur. Ce qui d’ailleurs était plutôt aisé à faire puisque tous les reproches et autres blâmes semblaient mener directement à Lexy. Elle se sentait affreusement stupide, cette discussion aurait très bien pu avoir une autre issue ; Chris aurait été le premier à la féliciter d’avoir fait ce pas en avant, d’avoir agi en tant qu’adulte pour une fois. Mais non, elle avait ce besoin pathologique de rabaisser les autres pour se sentir supérieur et ainsi nourrir le peu de confiance qu’elle avait en elle. Néanmoins elle ne pouvait détacher ce sourire satisfait, qui avait exaspéré chaque personne qui l’avait rencontré, de ses lèvres. Le temps d’une averse ses talents de manipulatrice avaient brillé de leur virtuosité, assurément elle en était fière seulement cette dernière aurait préféré épargner son amitié avec le photographe. Elle fixa longuement son interlocuteur, sa colère et sa déception se traduisait avec tant de force dans ces yeux qu’elle finit par détourner le regard. Ce n’était pas la première fois qu’il la regardait ainsi, à vrai dire elle avait eu droit à ce genre de coup d’œil souvent, beaucoup trop souvent. Lexy était fatiguée de ne pas être à la hauteur des attentes de Chris, au fond elle était bien consciente que c’était sa faute mais sa nature orgueilleuse tendait à rejeter la faute sur son mentor qui lui mettait trop de pression à son goût. Comment faire la part des choses entre cet affrontement intérieur constant ? Elle ne le savait pas, c’était sans doute pour cela qu’elle pouvait présenter une ribambelle d’attitudes contradictoires dans une même conversation. L’éternelle frontière entre le bien et le mal qu’elle ne parvenait pas encore à distinguer, et elle prenait enfin conscience que Chris était le seul à pouvoir la guider vers la réponse dans ce désert d’incertitudes. « Tu as raison, voilà plusieurs semaines que je chercher à t’éviter… Je savais pertinemment que tu n’approuverais pas mon attitude et je n’avais pas le courage de t’affronter. » Dit-elle d’une voix à peine audible. C’était une chose de s’avouer vaincu, mais c’en était une autre de l’assumer aux yeux de tous. En y repensant, toutes les conversations sincères et importantes qu’elle avait eues avec son frère de cœur avaient eu lieu dans des endroits à l’écart, à l’abri des regards indiscrets. La jeune femme avait besoin d’un espace clos pour se livrer complètement, c’était tellement rare que cela requérait des conditions très spéciales. « Je ne saurais même pas te l’expliquer. Je crois que j’avais besoin de me sentir supérieure à toi, que les rôles s’inversent pour une fois. » Mettre des mots sur son mal-être lui faisait un bien fou. Elle n’y avait jamais vraiment pensé mais maintenant qu’elle l’avait mentionné, le côté moralisateur et paternel du photographe l’agaçait parfois. Sans compter que dans ses interminables sermons ce dernier avait raison la plupart du temps, ce qui les rendait encore plus difficiles à avaler. Ces mêmes sermons faisaient parti du processus qui l’avait sauvé de cet abîme morbide dans lequel elle avait failli perdre la vie, mais encore une fois elle était trop fière pour l’admettre. Cette fois-ci Lexy écouta son interlocuteur avec attention, encore une fois il marquait des points et mettait en lumière des faits plus justes les uns que les autres. Soudain elle fut prise d’un sentiment de frustration intense, la frustration de se savoir éternellement reconnaissante envers quelqu’un sans jamais pouvoir lui renvoyer complètement l’ascenseur. Chris avait fait énormément pour sa protégée, plus que quiconque, et cette dernière réalisait peu à peu qu’elle ne serait jamais apte à le remercier correctement. Définitivement, elle était déchirée entre une gratitude sincère et une frustration voire une jalousie dévorante. Comment lui exprimer des sentiments si confus alors qu’elle-même n’était pas encore tout à fait au clair avec cette révélation ? « Chris… Je sais que tu as raison, mais je ne sais pas… C’est pas aussi simple » Consternée par le manque de fond de ses paroles, Lexy ne trouva rien d’autre à ajouter. D’autant plus qu’elle sentait son ami sur le départ, visiblement ses quelques mots n’avait pas suffit à le convaincre. C’était compréhensible, après tout elle était restée plutôt vague, toujours sur la surface de l’iceberg sans jamais aborder l’essentiel. Déconcertée par la rapidité avec laquelle il avait rassemblé ses affaires pour partir, elle ne réagit pas toute de suite. « C’est ça va t-en, tu feras un berger exemplaire à recueillir toutes les brebis égarées que tu trouves sur ton chemin ! » Dit-elle alors que Chris avait déjà passé le pas de la porte. Quelques regards surpris se posèrent sur elle, honteuse elle croisa les bras sur sa poitrine et tapota nerveusement du pied. C’était idiot, cette situation conflictuelle aurait pu être évitée et maintenant les conséquences étaient bien plus désastreuses que prévu. Dans un geste maladroit la jeune femme attrapa son sac à main et se précipita hors du café. Une fois sortie, elle tourna la tête de gauche à droite jusqu’à distinguer une silhouette familière un peu plus loin sur sa gauche. Quelques foulées, bousculades et jurons en tout genre plus tard, elle était à hauteur de Chris et se plantait fièrement devant lui. « Je dois avoir une case en moins, j’en sais rien ! J’ai assurément de grosses lacunes dans le domaine relationnel et je n’arrive pas à les combler. Elle s’arrêta quelques secondes pour reprendre sa respiration. Je suis sincèrement désolée que tu aies dû en faire les frais, je me suis laissée rattraper par mon égo parce que j’en avais assez de voir ma conduite dictée, la moindre de mes actions critiquée. Je me suis vengée bêtement sur toi, alors que tu es vraiment la dernière personne que je devrais me mettre à dos… Je t’en supplie ne laisse pas ma stupidité nous séparer. » Lexy ne quittait pas son ami du regard, elle avait parlé d’une traite sans vraiment réfléchir à ce qu’elle disait mais là étant sans doute la preuve de sa sincérité.

• • •

You'd do anything for the one you love
'Cause anytime that you needed me I'd be there
It's like you were my favorite drug
The only problem is that you were using me
In a different way than I was using you
It's like I checked into rehab
And baby, you're my disease
Revenir en haut Aller en bas
Chris Anders
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 1577
▌LOCALISATION : A Beverly Hills
▌JOB : Photographe à Mode
▌EN CE MOMENT : A passé une assez bonne soirée au bal du Printemps.
▌JUKE-BOX : Kwes. - Bashful
▌AVATAR PRIS : Chris Evans

Relations & Informations
» Humeur:
40/100  (40/100)
» Arme / Pouvoirs :: Son appareil photo
» Your Relations:
MessageSujet: Re: I hope that someone gets my message in a bottle [Chris]   Dim 27 Mai 2012 - 16:22


CHRIS & LEXY - I hate ingratitude more in a person; than lying, vainness, babbling, drunkenness, or, any taint of vice whose strong corruption inhabits our frail blood.


Désabusé, le photographe remarqua bien rapidement que Lexy l’embarquait encore dans un jeu enfantin, modelé à son image ; il allait se faire avoir. Il s’était fait avoir. Gardant son regard noyé dans ses yeux d’émeraude, Chris se montra ferme et bien déterminé à ce que son mot pèse plus lourd dans la balance ; Lexy avait toujours ce comportement avec lui, mais surtout avec les autres en se montrant bien plus redoutable et mesquine qu’elle ne l’était à l’instant. Hélas, il en avait assez. Assez de ces racontars odieux et de cette guéguerre perpétuelle qui minait les deux sœurs Caldwell de l’intérieur. Le photographe s’était toujours improvisé médiateur de la rencontre, ne cessant de jouer la carte de la diplomatie en la présence de l’une ou de l’autre, mais voir que Lexy le considérait comme un adversaire le dépassait. Fronçant les sourcils, Anders lui fit part de sa colère ; naturellement, le mannequin arbora un petit rictus en coin, les yeux brillant comme jamais avant de lui exposer clairement son point de vue, fièrement presque. Face à autant d’hypocrisie, le jeune homme ne put s’empêcher de répliquer, l’œil dur et sévère. « Comment veux-tu qu’on approuve une telle attitude ? Très franchement Lexy ? » Il eut un petit rire jaune, nerveux. Son regard s’attarda le long de la silhouette svelte d’une serveuse qui allait et venait en déposant habilement des tasses sur les tables. Il lui sourit instinctivement, l’air charmeur, lorsqu’elle s’approcha de leur table afin de s’assurer que tout allait bien. Le ton était monté entre les deux glamours ; ce qui alerta bien plus de personnes que la serveuse. Tous les regards furent jetés curieusement vers eux. « Supérieure à moi ?! » S’exclama t-il complètement dépassé par la situation. Il dévisagea le mannequin qui gardait son air fier et railleur. « Rien n’est jamais simple pour toi Lexy ! » Il soupira. Elle l’agaçait sérieusement ; elle se permettait de critiquer sa méthode, son jugement et reniait simplement tout ce qu’il avait fait pour elle ces dernières années en un claquement de doigts. Pensait-elle que la sermonner sans cesse l’enchantait ? Croyait-elle qu’il appréciait réellement écouter les médisances et les critiques de certains de ses collègues de MODE à son égard, elle celle qu’il considérait comme une seconde sœur ? Non. Chris faisait cela dans le but de l’aider ; il ne voulait ni la rabaisser, ni la railler, il voulait la surélever, la placer sur un piédestal et lui redonner l’envie de sourire à la vie. Mais hélas, le mannequin s’était une fois de plus braquée. Elle plissa les yeux pendant que ses doigts jouaient nerveusement avec la petite cuillère qui trempait dans son café désormais tiède. D’un bond, le photographe plia bagages et se retrouva hors du café après avoir laissé quelques billets pour régler la note ; son regard erra le long des ruelles noires de monde. Il retrouva sa moto garée à l’entrée du petit parking. D’un pas énergique, Chris s’apprêta à la rejoindre pour la chevaucher avec hargne ; il n’en revenait toujours pas. Lexy l’avait évité parce qu’elle n’avait pas eu le courage de l’affronter ? Elle avait voulu simplement se montrer ‘supérieure’ à lui en jouant à un jeu sordide sans queue ni tête. Alors qu’il prit appui sur sa bécane, il entendit quelqu’un hélant son prénom avec insistance ; son regard se balada le long des silhouettes qui obscurcissaient la ruelle. Un fin rayon de soleil parvint à percer toute cette noirceur, laissant ainsi apparaître le visage pâle et désolé de Lexy. Le mannequin arriva jusqu’à sa hauteur. Sa honte était grande et marquait d’un joli rouge ses lèvres et ses joues. Chris croisa les bras contre son torse et soupira, sans dire mot. Elle baissa les yeux, terriblement confuse et gênée. « Pourquoi Lexy ? Pourquoi cherches-tu sans cesse à tout compliquer ? Les choses sont bien difficiles ainsi, n’en ajoute pas une couche. » La jeune femme baissa la tête, le photographe soupira de nouveau avant de poser sa main sur son épaule frêle. « Je ne suis pas ton ennemi, retiens ça. Je n’agis pas ainsi par plaisir, mais par nécessité. Je veux que tu sois reconnue et appréciée. Je veux que les gens arrêtent de balancer des horreurs à ton sujet. Je veux que tu prennes enfin conscience que tu n’es pas un monstre, tu as un bon fond Lexy Caldwell. » Relevant ses prunelles jusqu’aux siennes, la brune parut légèrement soulagée et comme attendrie par son discours très paternaliste. « Je ne suis pas un méchant et encore moins quelqu’un de rancunier. Excuses acceptées. » Son sourire s’intensifia tout comme le soleil déchirant de ses brûlantes flèches la voûte céleste. « La prochaine fois, épargne moi ta stupidité ! Et si tu ne veux pas que ta conduite soit dictée et que les gens s’amusent à te critiquer, arrête de leur donner de quoi te battre. D’accord ? Je connais bien le genre humain tu sais. J’ai vu beaucoup de choses et je te dis que dans notre monde, il faut le moins possible se donner en spectacle. Les gens sont à l’affut de la moindre de tes faiblesses et ils en profiteront pour te faire tomber plus bas que terre. Je ne veux plus que cela t’arrive. C’est pour ça que je suis si sévère avec toi. Tu es comme une sœur pour moi, et je fais tout mon possible pour que tu ailles loin. » Il lui sourit de nouveau avant d’ajouter, plus posément : « C’est bien que tu aies fait le premier pas, c’est vraiment admirable de ta part ! Je suis fier de toi. Tu me prouves et tu te prouves à toi-même que tu es entrain de grandir. C’est bien ! » Chris lui tapota l’épaule très affectueusement. « Maintenant il faut penser à l’avenir. Demain sera un autre jour et tu dois continuer dans ta lancée. Je tâcherai de mon côté de moins te sermonner car j’avoue que j’en fais souvent un peu trop. Je suis désolé. » Le photographe lui adressa un clin d’œil en laissant un petit rire amusé lui échapper.

Spoiler:
 

• • •



“To love is to risk not being loved in return.
To hope is to risk pain. To try is to risk failure,
but risk must be taken because
the greatest hazard in life is to risk nothing.”

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❀❀❀





MessageSujet: Re: I hope that someone gets my message in a bottle [Chris]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I hope that someone gets my message in a bottle [Chris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Your Destiny  :: » Le Karen's Café-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit | Cinéma, Télévision | Télévision, Séries, dessins animés