LE FORUM DE CYRINE, PAR CYRINE POUR CYRINE
 
CYRINE ON A DECOUVERT TON PETIT SECRET Hihihihihihi

Partagez | 
 

 LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Andrea Rhodes
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 778
▌LOCALISATION : Devine ;)
▌JOB : Etudiante en art du spectacle
▌EN CE MOMENT : Totalement ivre face à Seth dans une ruelle sombre.
▌JUKE-BOX : Ed Sheeran - Lego House
▌AVATAR PRIS : Dianna Agron

Relations & Informations
» Humeur:
10/100  (10/100)
» Arme / Pouvoirs :: Ses pompons
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Mer 2 Mai 2012 - 16:25

Spoiler:
 



Alors que quelques minutes à peine auparavant, je sautillais en dansant, gracieuse, entre les bras de Justin, la rage circulait désormais en moi à une vitesse fulgurante, à mesure que j'écoutais Sofia tentant de se défendre maintenant que je me trouvais face à elle. Mais à mes yeux, elle n'avait aucune excuse. Je me sentais trahie, moi qui lui vouais une confiance aveugle malgré son amitié avec ma pire ennemie. Elle était ma petite protégée, celle que je défendais bec et ongles face à Seth, qui n'avait cessé de me mettre en garde contre elle … Dans le fond, il devait avoir toujours eu raison. La colère qui filtrait en moi était inhumaine, jamais je ne m'étais sentie si enragée, si bien que je giflais immédiatement Sofia, cette dernière ripostant avec force sur ma joue. J'eus un mouvement de recul sous la force de l'impact, ma joue me brûlait, mais je l'ignorais royalement, trop occupée à écouter Sofia dire qu'elle avait un cœur, et se moquant ouvertement de moi. Justin nous criait de cesser le combat, mais il n'était plus qu'une voix lointaine, j'étais aveuglée par la colère. Je hurlais, m'avançant à nouveau vers elle, rageuse : « Tu te moques de moi Vasquez ? Qui ici n'a pas de cerveau de nous deux, pauvre idiote ? Me parler! Voilà ce que tu aurais du faire, mais non, mademoiselle préfère prendre le risque de tout perdre ! Et bien soit, reste seule avec tes joins à la con, puisque tu es visiblement fidèle qu'à ça … Et aux drogués bien sur. » Je serrais les poings, prête à l'attraper de nouveau, lorsqu'elle tourna le dos pour partir. Je portais ma main à ma joue, brûlante, endolorie. Des larmes perlaient sur mes joues, et je ne saurais dire s'il s'agissait là de colère, ou de simple tristesse, déception. La colère redescendit peu à peu. La voix de Justin me parvint enfin, sentant sa main faire pression sur mon épaule. Il s'enquit de mon état, et je me tournais pour lui faire face, retirant la main de sur ma joue pour essuyer mes larmes. « Non ça ne va pas … » Soufflais-je en pleurant. C'est à ce moment que Josh intervint, arrivant brusquement. Il devait m'avoir vue pleurer. Après avoir rapidement sermonné Justin, celui ci se défendant, je le coupais, hoquetant encore à travers mes larmes. « Va profiter du bal avec ta petite amie Josh. S'il te plait … On se voit tout à l'heure. » Après un moment d'hésitation, Josh acquiesça, et disparu au bras de sa compagne. Le chef des Revelers intervint de nouveau, me convaincant de l'idiotie de mon ex-amie. J'attrapais son bras en séchant mes larmes, hochant doucement la tête. « Tu as raison, elle n'en vaut pas la peine … Retournons près des autres, tu veux bien ? » Justin accepta bien entendu, et nous nous remîmes en marche, retournant auprès des danseuses et de leurs cavaliers. L'organisateur du bal monta sur l'estrade, dévoilant tout sourire qu'il n'y avait pas une seule miss printemps cette année, mais deux, à savoir Gabrielle Emerson et Bella Swan. Je les connaissais vaguement, mais j'étais ravie pour elles, qui semblaient rayonner au bras de leurs cavaliers. J'écoutais leurs discours en tentant de me vider l'esprit, mais le cœur n'y était pas malgré la beauté et la sincérité de leurs paroles. Je regardais la foule attentive, jusqu'à ce que mon regard reconnaisse la silhouette de Seth enlacée à celle de Sarah. Je ne voulais pas qu'il me voie comme ça. Feignant un sourire léger, je me rapprochais de Justin, tournant le dos à l'indien et sa compagne. Je soupirais. « C'était peut-être pas une si bonne idée de revenir auprès des gens finalement ... » Soufflais-je alors à l'adresse de mon ami d'un air atterré, alors que les deux miss redescendaient de l'estrade pour faire leur traditionnelle danse en compagnie de leurs cavaliers.

• • •

Once upon a time something happened to me. It was the sweetest thing that could ever be, it was a fantasy, it was a dream come true… it was the day I met you

Revenir en haut Aller en bas
Thomas E. Preasley
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 1273
▌LOCALISATION : Neptune
▌JOB : Futur avocat
▌EN CE MOMENT : Surement au boulot...
▌AVATAR PRIS : Penn Badgley

Relations & Informations
» Humeur:
45/100  (45/100)
» Arme / Pouvoirs ::
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Sam 5 Mai 2012 - 1:25

Spoiler:
 

« Tu as toujours les mots qu’il faut Thomas. » Le jeune avocat sourit à la jeune fille et, après avoir entendu l’annonce des heureuses gagnantes, se laissa guider vers la piste de danse où les deux nouveaux « amants » tournoyèrent lentement mais sûrement pendant plusieurs minutes, plusieurs heures. Thomas passait un moment merveilleux, même s’il savait parfaitement qu’il n’avait pas été le cavalier idéal car Lexy n’était pas sa cavalière, non, au lieu de danser avec la femme de ses rêves, littéralement, il devrait être en train de soutenir sa meilleure amie, sa sœur de cœur alors qu’elle passait à travers une mauvaise passe. Une partie de son cœur s’en voulait terriblement, il ne regrettait pas ce qu’il avait fait, c’était peut-être la partie qui le gênait le plus. En vue du moment passé avec le mannequin qu’il avait pour « petite amie », il pouvait même s’estimer plus qu’heureux d’avoir fait ce choix et il l’aurait certainement refait, mais laisser Joanna toute seule dans son coin, il n’aimait pas ça. Aussi, lorsque Lexy lui dit qu’il était temps de s’éclipser de cette fête où il n’avait visiblement pas leur place, il pensa tout de suite à Joanna, tandis que la jeune femme eu la même réaction et pensa au Photographe qui lui faisait office de cavalier en début d’après-midi. Elle tira rapidement Thomas hors de la piste de danse pour l’attirer vers le bar, cherchant attentivement leurs cavaliers respectifs. Comment peut-on perdre son cavalier ? Bonne question à laquelle Lexy et Thomas aurait certainement pu fournir une réponse. Ce n’est qu’après quelques minutes que Lexy trouva enfin Chris qui était accompagné de … Joanna. Visiblement, le jeune photographe était allé soutenir la meilleure amie de Thomas pendant que celui-ci s’occupait de ses propres affaires de cœur. Chris n’avait définitivement aucune raison d’apprécier Thomas qui laissait tombé toutes les filles, les unes après les autres. « On songeait à partir, peut-être aller boire un coup ou manger quelque chose… Tu peux te joindre à nous si tu veux. » Fait intéressant, Thomas espérait du plus profond de son cœur que Chris refuse pour pouvoir passer un peu plus de temps avec Lexy, en tête à tête. Et, lorsqu’elle demanda à Joanna si elle voulait également venir, il se sentit horriblement gêner lorsqu’il constata qu’il espérait également le refus de celle qu’il considérait comme sa meilleure amie. Quel ami laisserait son amie dans le pétrin pour un problème de cœur ? pensait-il avec dégoût pour lui-même. Joanna ne l’aurait certainement jamais laissé en plan comme ça. « Thomas! Excuse-moi pour tout à l'heure. » Thomas baissa honteusement les yeux en direction de la jeune femme et, rougissant, il réussi à prononcer quelques mots avec un air de désolation. « Tu rigoles, c’est à moi de m’excuser, j’aurais du venir, j’aurais dû être avec toi pendant ce moment difficile comme toi tu as été avec moi pendant mon moment compliqué. » Même s’il n’était jusqu’à présent pas dans la conversation, Thomas compris facilement que Naomi n’était pas là pour aider Joanna et il vit dans les yeux d’Andrew que celui-ci était particulièrement gêné de la situation. Thomas le regarda avec un regard calme. « Je pense que tout le monde à fait ce qu’il avait à faire ici, il sourit. Nous avons tous fait bien assez de dégâts, il est temps d’arrêter les frais… » Il n’y avait aucune rancune dans ce qu’il disait, il en voulait blesser personne, il voulait juste ne plus voir Naomi à proximité de Joanna. Même si Andrew était un très bon ami, il privilégiait quand même Joanna qui comptait plus que beaucoup de personne dans sa vie. Thomas tourna la tête vers Joanna. « Tu es sûre que tu ne veux pas venir ? Je m'en voudrais de te laisser toute seule. Si quoique ce soit te tracasse, appelles-moi si la moindre chose ne va pas. Il proposa son sourire d’excuse et posa sa main sur le bras de Joanna. Je pourrais certainement te rejoindre plus tard si tu veux... Fais moi juste signe.» Il se sentait terriblement gêné. Il savait qu'il méritait son moment à lui, pour une fois. Mais ça lui faisait du mal de laisser Joanna toute seule. « N'hésites vraiment pas... »

• • •

Sometimes the heart sees what is invisible to the eye.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Taylor
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 1677
▌LOCALISATION : Villa sur Beverly Hills
▌JOB : Journaliste mondain
▌EN CE MOMENT : S'interroge et doute
▌JUKE-BOX : Outasight - Now Or Never
▌AVATAR PRIS : Chace Crawford

Relations & Informations
» Humeur:
50/100  (50/100)
» Arme / Pouvoirs :: Son charme
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Mar 8 Mai 2012 - 18:12

Spoiler:
 


L’après-midi se présentait comme délicieuse aux yeux du mondain qui aspirait à profiter d’un moment de répit, loin de la cohue habituelle ; le bal du Printemps, représentait cet instant coupé de tout. C’était donc avec une joie non dissimulée que le jeune homme accompagné de sa ravissante jet-setteuse s’était rendu au bal. L’air était frais, et parfumé par les fleurs à peine écloses alors que le soleil jouait de ses rayons obstinés sur la piste de danse. A.J était songeur ; le regard absent, il observait au loin tout en valsant avec sa cavalière. Naomi paraissait apaisée. Il était ravi de la voir ainsi, si détendue, si sereine. Il lui enviait souvent ce sentiment d’indifférence. Leurs regards se croisèrent un court moment. Un sourire passa furtivement sur ses lèvres tandis qu’elle le félicitait pour son élégance. Il était fier. Mais resta pour une fois, modeste. Là n’était pourtant pas son habitude, lui, le dandy chic et désinvolte, embu de lui-même. Les yeux bleus d’Andrew se posèrent sur l’horizon ; il vit de nouveaux visages, de nouveaux rires..Et puis, elle. Joanna. S’il avait été humain, son cœur se serait arrêté de battre. La rage vint atteindre brusquement son visage et le rendit plus pâle que d’habitude. Il s’écarta légèrement de la jet-setteuse qui avait subitement remarqué la tension que subissait le journaliste. Elle chercha à croiser son regard, mais en vain. Quelques mots lui échappèrent. Il les regrettera probablement plus tard. « Je ne sais pas. » Ses yeux percèrent les prunelles saphir de la blonde qui fit la moue. « Je..Je suis vraiment confus Naomi. Tout arrive en même temps. Je n’arrive plus trop à suivre. Tout m’échappe. » Ses yeux brillèrent d’une lueur étrange. Il s’en voulait de lui soumettre de tels mots, mais là demeurait la pure vérité ; ce n’était pas qu’il ne ressentait rien à son égard, tout au contraire, cette nuit d’amour avait ravivé en lui une flamme éternelle, néanmoins, il ne pouvait balayer en une soirée tout ce qu’il avait vécu avec le mannequin. Trop d’évènements chamboulaient son existence tranquille et l’amenaient à des conclusions bien sommaires. Doucement, l’autrichien s’écarta d’elle et pressa le pas jusqu’au minibar ; il commanda un verre d’alcool, peu importe le titre ou la teneur de celui-ci. Il voulait juste un petit remontant. Tout en buvant à petites gorgées la coupe que le jeune barman lui avait tendue, Andrew scruta la piste de danse, espérant que Naomi l’y attendait sagement ; hélas, il la vit se diriger à vive allure jusqu’à l’entrée du parc où étaient assis côte à côte Chris Anders, le grand photographe, et Joanna. Une moue de déception se peignit sur le visage du journaliste ; il n’appréciait pas particulièrement le créatif Chris, du fait que celui-ci était modelé à son image, un vrai Dom Juan qui possédait sans doute un nombre de conquêtes bien plus important que le sien. Et parmi laquelle, il y avait Joanna. Voyant que Naomi était arrivée à leur hauteur, A.J lâcha son verre et se précipita près de l’allée fleurie. Il se plaça furtivement derrière la jet-setteuse tout en ne lâchant pas le regard de Joanna qu’il méprisait totalement à cet instant ; il repensait à Saint-Denis. A tout ce qu’il avait fait pour elle ce jour-là. A tout ce voyage et ces rêves qui étaient partis en fumée par sa faute. Il lui en voulait terriblement d’avoir tout gâché. Affichant un air indifférent, presque hautain, le jeune homme foudroyait du regard Joanna, puis Chris Anders. Médusé, le photographe haussa le ton pour calmer la fureur des deux jeunes femmes. Andrew n’avait pas envie d’intervenir ; il n’en avait pas la force, et puis il savait parfaitement qu’en tombant dans le jeu gamin du mannequin, il perdrait son sang froid et serait capable d’avoir en bouche, un discours des plus exécrables. Andrew Taylor était un homme de bien, qui tenait vraiment à son apparence. Il l’avait toujours été. Et pourtant, il avait essayé de changer, mais Joanna avait tout gâché. Posant sa main sur le bras de Naomi, le journaliste souffla au creux de son oreille. « Ne tombe dans son jeu enfantin et repartons profiter de la journée. » La jet-setteuse n’en démordait pas, elle dévisageait mesquinement le mannequin qui elle aussi, ne se privait pas pour l’attaquer. A un moment, lorsqu’elle railla Naomi, Andrew qui pourtant était prêt à se retenir encore longtemps, intervint. « Très bon conseil, j’aurais dû l’utiliser avec toi avant. » Il grimaça et refourra nerveusement les mains dans les poches de son veston tandis que Naomi s’agitait en dévisageant le mannequin et le photographe. « Allons-y Naomi. Ils vont annoncer les résultats. » Subitement, une personne s’invita dans leur conversation ; il s’agissait de la fouine de service, Penny Amanda Silverstone. Le journaliste réprima un soupir d’agacement alors que la compagne de Brandon Pierce se présenta à lui tout en le moquant avec une ironie cuisante. Il n’était vraiment pas touché par une personne aussi sotte, au comportement si enfantin. « C’est de famille la bêtise ? » Releva t-il avec un sourire en coin. Il fixa Penny de ses yeux d’argent avant d’ajouter en attrapant plus fermement Naomi par la main. « Plus fort que moi, tu meurs Silverstone ! Allons-y Naomi ! » Il n’attendit pas réellement de réponse de sa part et la tira hors de cet enfer. Il adressa un dernier regard à Joanna, mêlant à la fois rage et incompréhension, avant de rejoindre les couples sur la piste. Les danseuses paraissaient pressées à l’idée de connaître le résultat. Le journaliste glissa sa main sur l’épaule de Naomi et observa sagement l’orateur en présenter les premières lignes ; deux concurrentes avancèrent sur l’estrade. Il y avait parmi elles, Isabella. Il la connaissait vraiment bien et était ravi de voir que son couple avec Edward allait toujours de bon train. Et ce même, si au fond de lui, le jeune homme avait toujours préféré voir sa sœur Kacey en compagnie du chef des Cullen. Les minutes défilèrent rapidement alors que les danseuses présentaient un discours touchant, chargé d’émotion qui eut le pouvoir magique de calmer les esprits et les cœurs. Andrew blottit sa main dans celle de la jet-setteuse tout en s’excusant platement pour son comportement de tout à l’heure. « Je suis désolé. J’ai mal agit avec toi. » Il se tourna vers elle, noyant son regard cyan dans le sien. « Je ne regrette rien. Ce qui s’est passé entre nous l’autre soir. Je l’assume pleinement. J’avais besoin de toi, et je viens de le comprendre juste à l’instant. » La musique reprit et les danseurs enchainèrent machinalement les pas. Le jeune homme enlaça tendrement Naomi. « Joanna ne compte vraiment plus pour moi. » Un sourire s’étira sur les lèvres. Il y avait une part de sincérité dans son discours ; le mannequin lui était indifférent, même s’il avait toujours ce je ne sais quoi en eux qui faisait qu’il ne pouvait se délier aussi facilement du passé. « Je ne veux pas que nous soyons amis. » Il marqua une pause, approchant ses lèvres des siennes. « Plus encore. » Il les effleura à peine, inhalant son parfum, caressant doucement son épaule. Ils s’embrassèrent avec passion avant de s’écarter l’un de l’autre ; les yeux du mondain s’arrêtèrent sur le petit groupe à quelques pas d’eux. Son regard rencontra celui de Thomas, le jeune avocat qu’il considérait comme un bon ami. Ce dernier émit une remarque qui toucha le journaliste. Mais il ne releva pas. Après tout, Andrew savait que son ‘ami’ n’affectionnait pas particulièrement Naomi, et cela lui paraissait finalement normal. Après tout, lui aussi n’appréciait pas particulièrement Chris Anders même si ce dernier fréquentait son amie la plus fidèle, Rachel. « Partons et allons profiter du reste de la soirée ailleurs. Je t’invite où tu veux. » Un sourire brilla sur les lèvres du dandy qui glissa sa main dans celle de la blonde. A.J fixa à peine Joanna repartant avec Chris ; une expression de dégoût lui passa rapidement sur le visage, mais il l’ignora bien vite, tout comme sa remarque enfantine à l’adresse de la jet-setteuse. « Laisse la dire, c’est une gamine encore ! » Conclut-il avec assurance. Il sourit. La soirée n’était finalement pas si mal que cela. Il avait connu bien pire.

• • •

You know what you want and that makes you just like me. See everybody says you're hot, baby but can you make it hot for me?

Revenir en haut Aller en bas
Jude J. Kennedy
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 1335
▌LOCALISATION : Beverly Hills
▌JOB : Avocat
▌EN CE MOMENT : En mauvaise posture.
▌JUKE-BOX : Calvin Harris - let's go feat Ne-Yo
▌AVATAR PRIS : Jude Law

Relations & Informations
» Humeur:
50/100  (50/100)
» Arme / Pouvoirs :: Le pouvoir de te mettre en prison .
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Mar 8 Mai 2012 - 20:05

Spoiler:
 

C’était la fête du Printemps aujourd’hui ; un jour bien important pour bien des citoyens qui aspiraient au même renouveau que celui de la saison. La matinée était ensoleillé, chaude, vraiment belle ; le britannique s’éveilla à l’aurore et prépara le café du matin. Il avait pris le rythme américain ; il appréciait désormais le café, et négligeait toutes les traditions de son pays. L’heure matinale du brunch se transformait en un petit déjeuner à la va vite, avec pour simple boisson du café brûlant, pas de pain, pas de toasts, pas de jambon, ni d’œufs. Le petit déjeuner copieux avait été supprimé de son planning matinal, tout comme le traditionnel Five o’clock tea qu’il n’avait plus le temps de partager comme à l’époque avec ses amis de Cambridge. Il revoyait de temps en temps Meredith et tout deux profitaient très rapidement ce moment de complicité et de gourmandise, sans trop toutefois, s’étaler. Hélas. Cela rendait de temps en temps nostalgique l’avocat, mais il avait accepté cette vie à Los Angeles et il ne voulait rien regretter. Déposant les deux tasses fumantes sur le coin de la table, Kennedy attendit sagement que sa compagne ne s’éveille de son sommeil ; Brooke adorait faire la grasse matinée. Il prit son dossier laissé sur la table la veille et se mit à en lire les premières lignes ; un stylo à la main, l’avocat griffonna consciencieusement quelques indications dans la marge pour clore cette affaire laborieuse. Le procès aura lieu dans deux jours. Il devait se préparer psychologiquement à affronter la famille de la victime, vu qu’il défendait le présumé coupable. Il savait que son client était coupable ; ce dernier le lui avait avoué mais le secret professionnel l’obligeait à garder le silence et à défendre son client coûte que coûte. Jude était un homme de bien, un être vraiment droit et sincère, néanmoins, ces derniers temps, il lui arrivait de défendre l’indéfendable par plaisir, par envie de défi et de changement. Ce n’était pas un avocat ferreux, jamais il ne le sera ! Doucement, des bras l’encerclèrent au niveau de la taille ; elle posa sa tête contre son épaule tout en jetant un coup d’œil curieux sur le dossier qu’il examinait. Brooke était enfin éveillée, les yeux brillant comme des diamants. Elle paraissait hâtive à l’idée de profiter de cette journée au bal du Printemps. Le britannique et elle échangèrent quelques mots pour se souhaiter le bonjour, avant de terminer ensemble le petit déjeuner. Une heure plus tard, ils quittèrent leur villa, et se rendirent ensemble au parc. Les décorations brillaient de tous les côtés de chaque allée ; l’ambiance était des plus entrainantes, tout comme l’air de musique d’un groupe improvisait avec brio. L’avocat et sa compagnie s’invitèrent parmi la foule. Ils observèrent les danseurs et décidèrent de les rejoindre. « C’est un très bel évènement ! » Dit-il en adressant un grand sourire à sa fiancée. La jeune femme était d’ailleurs resplendissante ; ses cheveux brillaient tout comme son regard clair. Il ne l’avait jamais vue aussi rayonnante. Sa robe donnait à chacune de ses courbes une ligne de perfection irréelle. Il était tellement fier d’avoir une telle femme pour lui tout seul et jalousait par avance, tous les envieux qui allaient poser le regard sur les lignes de sa styliste. Doucement, le britannique attrapa sa douce main et la tira vers la piste ; il la fit tournoyer sur elle-même avant de la ramener vers lui. Ses yeux bleus plongèrent dans ceux d’émeraude de Brooke alors que ses lèvres déposèrent un baiser au creux de son cou. Son parfum était toujours aussi savoureux. « Tu es tellement magnifique. Je suis l’homme le plus chanceux au monde. Je t’ai pour moi tout seul ! » Un sourire franc et sincère étira les fines lèvres de l’avocat alors qu’il enroula ses bras autour de la taille de sa fiancée. Celle-ci lui rendit son sourire et tous deux dansèrent au rythme de la musique ; cela remémorait à Jude les bals et les mondanités improvisés que souvent les ducs et les duchesses organisaient entre eux avec leur élite si distinguée. Il s’était rendu à certains d’entre eux et avait participé à ceux organisés par ses parents au bras de son amie Meredith. C’avaient été de vrais bons moments qu’il conservait jalousement dans un coin de sa mémoire. Malgré tout, une part en lui ne pouvait s’empêcher de rester dans le passé…De rester à Cambridge.

• • •

If you have it,
you don't need to have anything else,
and if you don't have it,
it doesn't matter much what else you have.


Revenir en haut Aller en bas
Edward Cullen
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 3474
▌LOCALISATION : Tree Hill
▌JOB : Etudiant en Histoire et Civilisations
▌EN CE MOMENT : Combat contre son frère pour protéger les siens.
▌JUKE-BOX : JUSTICE. civilization
▌AVATAR PRIS : Robert Pattinson.

Relations & Informations
» Humeur:
10/100  (10/100)
» Arme / Pouvoirs :: Téléphatie
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Mer 9 Mai 2012 - 15:48






Ils avaient décidé ensemble de se rendre à cet évènement haut en couleurs, espérant comme tous les invités, en garder un souvenir que le temps ne parviendrait aucunement à effleurer de ses doigts malhabiles. Le parc s’emplissait de monde ; le ciel s’éclaircit subitement laissant une poudreuse trainée d’or se répandre sur les convives et donner à leurs sourires, les éclats des diamants. La terre encore humide suite aux pluvieuses nuits, fumait et une tiède vapeur montait jusqu’au soleil, se mêlant au parfum des fleurs écloses et brillantes. Ils dansaient allègrement. Ils riaient avec la même insouciance. Le temps lui semblait s’être figé dans une éternelle continuité ; rien ne troublait son monde, rien ne le désagrégeait ; autour d’eux, bruissait le vol doré des abeilles. Ils étaient face à face, souriants, légers, attendris, et ne cherchait en aucun cas à rompre le silence qu’ils jugeaient reposant. Un tel moment n’était pas donné à tout le monde. Le pianiste et sa compagne valsaient sous les yeux brillants d’envie des autres couples ; les cheveux au vent, la brune était d’une beauté incroyable, fantastique ! Il l’admirait de ses yeux alanguis de passion et de tendresse. Autour d’eux, les radieuses filles se retournaient à tout moment, leurs étoffes soyeuses ondulant au gré de leurs pas, leurs cheveux ondulant dans le vent chaud et capiteux du parfum des roses dont elles avaient toute la délicieuse fraicheur. Parfois, la marrée humaine s’entrouvrait pour laisser une nouvelle nymphe, qui tardive, souriante et absolument gênée, venait s’épanouir à la surface des eaux étincelantes. Les rumeurs mélodieuses guidaient souvent les regards des invités sur les uns et les autres danseurs ; Edward et Bella demeuraient malgré tout, au centre de toutes les attentions. Les yeux des voyeurs brillaient comme des boutons d’or, et leurs sourires béats, éclairaient leurs visages ahuris face à autant d’aisance, de grâce et de beauté. Malgré lui, le mélomane devait avoir cet air au visage ; sa compagne était tellement belle. A la fois plume et corolle, on aurait dit une grande fleur blanche, duvetée comme l’aile d’un oiseau de paradis, qui descendait sur toute sa peau glissant doucement le long de la souplesse coquette de ses traits ; ses lèvres paraissaient être des floraisons de lilas et de roses. Ses yeux en demeuraient les boutons à peine éclos et étincelants. La beauté qui mettait Isabella bien au-dessus de toutes les autres fabuleuses filles était surtout inscrite dans les lignes de ses bras, ses épaules, sa nuque, sa taille, ses jambes. Des tracés merveilleux qui ne cessaient de charmer de jour en jour le jeune homme. Son œil curieux et rêveur ne pouvait s’empêcher de les prolonger, merveilleuses, les rendant encore plus parfaites qu’elles ne l’étaient déjà. Il l’embrassa tendrement. Lui aussi l’aimait d’un amour fatal, entier. Les yeux d’émeraude de sa ravissante se transformèrent en des billes plombées par la noire inquiétude ; ce sentiment lui battit au cœur. Elle paraissait réellement soucieuse à l’égard de son amie ; l’historien n’était pas totalement conscient des enjeux autour de la studieuse Gabrielle, néanmoins, il ressentait le chagrin, la peur et la peine de sa compagne et partageait donc son désarroi face à la situation. « Tout va bien se passer. Elle est en sécurité. Et nous sommes là, non loin d’elle. » Un léger sourire passa sur les lèvres du musicien qui accorda rapidement son pas à celui de son amante alors que le rythme devenait plus soutenu ; les notes grimpaient en crescendo, invitant de leurs cris aigus, les danseurs à suivre le tempo avec énergie. Le couple parvint à emboiter ses mouvements à ceux des autres hôtes ; tous formèrent une ronde aux couleurs de l’arc-en-ciel qui éblouissait plus d’un. Leurs éclats allaient même jusqu’à se réfléchir dans les cieux d’opale. L’agitation, l’effervescence et la fièvre retombèrent petit à petit en quelques perles ambrées ruisselant sur le visage des danseurs ; tous profitèrent de cette pause miraculeuse pour s’écarter quelques instants de la piste encore en feu. Edward et Bella décidèrent d’unir leurs mains en empruntant une petite allée ombragée par les arbres mouillés qui secouaient leurs branches au dessus de leurs têtes. Autour d’eux, les pentes de gazon descendaient vers la rivière étincelante ; des gouttelettes de pluie brillaient sur les brins d’herbe et les fougères. Ils restèrent un long instant secrètement isolés, profitant du silence et appréciant la compagnie tendre de l’un et l’autre ; soudain, Bella l’entraina en courant vers un petit labyrinthe boisé, aux sentiers bordés de buis, s’élevant en plein centre du bosquet. La brune s’arrêta un instant, serrant sa main dans la sienne. « Je l’aimerai tellement. » Un sourire incurva ses lèvres ; le soleil dardait de ses rayons orangés, sa chevelure de cuivre, lui offrant mille et une nouvelles coulées rougeoyantes. Il approcha doucement ses lèvres de celles de la jeune femme, mêlant son souffle haletant au sien. « Profitons le plus possible de cette exquise journée. » Déclara l’historien en embrassant doucement sa bouche brillante. Elle lui sourit, passant ses doigts sur sa nuque et réduisant de peu l’étreinte entre leurs deux corps frissonnants. Autour d’eux, le silence. Les pousses blondes des arbres frémissaient au sol ; une petite pluie, très fine, comparable aux perles nacrées, s’égouttait sur les feuilles avec un bruit argentin, léger ; et dans les cieux d’un bleu éternel, s’aquarellaient les silhouettes des oiseaux. Edward était pénétré d’amour pour elle ; le sentiment était absolu, plein, profond, presque absurde. Le pianiste était dévoré de la nécessité de souffrir, de mourir, de se donner corps et âme pour elle. Tout le reste avait disparu. Il n’y avait qu’elle. Entièrement elle, Bella. Que ses beaux yeux, que sa douce beauté, que ses belles lèvres. Toutes les ombres noires ancrées dans son âme effrayée avaient été balayées par le souffle ardent de sa dulcinée ; il s’écarta à peine d’elle. « Allons de nouveau apprécier la compagnie des autres. Nous aurons toute la soirée pour profiter l’un de l’autre. » Un sourire empli de malice lui passa aux lèvres, rendant ses yeux brillants. Main dans la main, ils sortirent de sous ce vert silencieux ; leurs regards s’attardèrent sur l’estrade où l’organisateur venait de dévoiler le résultat de l’élection. Doucement, et comme pour garder en haleine la foule ébahie et fébrile, l’homme déployait lentement la petite enveloppe couleur crème. Sa voix haute cria fièrement le nom des nouvelles élues ; Bella et son amie Gabrielle se voyaient honorées d’un tel titre. Applaudissant sa compagne, Edward lui adressa un sourire plein de fierté. Elle avait mérité cette victoire ; ce titre était fait pour elle, et pour personne d’autre ! Il était néanmoins ravi de voir que la pétillante Gabrielle avait été aussi titrée. « Félicitations ! » Cria t-il, enjoué à l’adresse de cette dernière qui lui fit la bise. Tous étaient sur l’estrade, le dos droit, l’air fier, le sourire fleurissant sur leurs lèvres roses. Le pianiste lia sa main à celle de son amante alors qu’elle s’avançait d’un pas gracieux sur le promontoire pour dévoiler les premières esquisses de son discours, de son bonheur. Il lui adressa un regard comme pour l’encourager ; c’était désormais à elle de jouer.


• • •
Hold Me In Your Arms I need you, need you by my side . Lonely evenings, eyes are open wide ,nothing you say could make me turn my back .Well I see you, and you see me too .Moon is rising, night will be here soon .Follow me, and lay down in my room.



Revenir en haut Aller en bas
Naomi E. Ellington
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 90
▌LOCALISATION : Beverly Hills
▌JOB : Jet-setteuse touche à tout
▌EN CE MOMENT : Retrouve Andrew
▌JUKE-BOX : Juste un instant - M. Pokora
▌AVATAR PRIS : Annalynne McCord

Relations & Informations
» Humeur:
100/100  (100/100)
» Arme / Pouvoirs ::
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Mer 9 Mai 2012 - 19:26

Spoiler:
 

Le Bal Du Printemps
« la question dans ce bal c'est : Mais qui va être élu mister & miss printemps ? Et pour la première fois depuis que j'assiste à ce genre de bal, je me fiche de la réponse, car je serais avec l'homme que j'aime »


Après leur dernière soirée, Naomi était pleine d’espoir. Elle pensait que tout s’arrangeait entre son ex et elle-même, elle croyait que leurs nuit passée ensembles les rapprochaient pour finalement les aider à reformer ce couple qui était si parfait aux yeux de tout le monde. Elle redescendit de ce monde imaginaire si vite qu’elle en perdit pied. Andrew était encore accro à Johanna, et même si elle avait cette fille en horreur, il faut avouer qu’elle est plutôt jolie, mais tellement différente de Naomi… Au fond c’est peut-être pour cette raison que la jet-setteuse ne croyait pas en leur histoire mais plutôt en celle qui pourrait renaître avec le journaliste. Elle comprit un tas de choses, des leurs retrouvailles sur le perron de la villa de la belle blonde. Une simple bise, alors qu’ils avaient passés la nuit ensemble peu de temps avant cette journée au bal du printemps. Elle préféra se taire, de peur de tout gâcher et comprit une nouvelle fois que tout allait être en péril face à sa fuite en plein milieu d’un slow qu’ils dansaient ensembles, sur la piste de danse du bal prévu dans le parc. Le décor était magnifique, et même somptueux, c’était l’endroit parfait pour rêver à se remettre définitivement ensembles et montrer à tout le monde qu’ils étaient fait pour être ensembles et que rien ne pourrait les séparer. Visiblement, rien de tout cela n’arriverait. En croisant le regard du mannequin, Andrew prit la fuite et se dirigea vers le bar pour noyer sa peine dans l’un de leur alcool les plus forts. A cet instant, Naomi se sentit trahit, et une immense peine parcourra tout son corps. Elle ne sut d’ailleurs pas quoi répondre au journaliste qui quitta la pièce en lui infligeant de tels mots qu’elle préférait faire la sourde oreille. Avait-elle perdu ? Elle se résignait à s’avouer vaincu, c’est pourquoi elle préféra se diriger vers cette gamine sans cervelle afin d’éclaircir la chose et de montra qu’elle était là et qu’elle comptait bien rester. Je ne viens pas te voir pour le simple plaisir d’admirer ta face de rat mais plutôt pour mettre les choses au clair ! Lui lança-t-elle en guise de première remarque, en effet, elle n’était pas là pour l’admirer, pour elle c’était une gamine vulgaire et sans cervelle qui ne faisait que profiter de la notoriété de ses amis. C’était une incapable ! Elle commença alors à menacer la belle jet-setteuse, et il était bien entendu hors de question qu’elle se laisse ainsi faire. Des menaces ? Et je peux savoir ce que la gamine que tu es compte me faire ? Tu vas me tirer les cheveux, me griffer ou me mettre une gifle ? Grr j’ai peur ! Lui rétorqua-t-elle en pouffant de rire…. Tu es vraiment pitoyable ma pauvre fille ! Elle sourit puis se tourna vers Andrew qui venait de les rejoindre se doutant de ce que Naomi comptait faire en allant voir son ex petite amie. Elle lui fit la remarque qu’elle avait compris son manège et que s’il était partit brusquement ainsi c’était pour éviter le regard du mannequin, et elle avait visé juste visiblement… Je ne rentrerais pas dans ses gamineries mais je veux qu’elle comprenne que je n’ai pas peur d’elle ! Que rien de ce qu’elle fera ne pourra nous nuire… Murmura-t-elle au jeune homme, alors qui lui tirait le bras lui faisant comprendre qu’il voulait se retirer de cet affront tragique, elle lui lança avec un ton d’énervement ! Je me fiche des résultats ! Quand à toi Miller je te promets qu’on se retrouvera, si tu te crois si humble, forte et puissante que tu le prétends, je vais vite te faire redescendre de ton pieds d’estale ! Dit-elle en lui lançant un regard des plus méprisants et des plus méchants. Elle décida ensuite de suivre Andrew. Tu as raison, nous avons mieux à faire que de trainer avec une telle vermine ! Allons-y ! Dit-elle en reprenant le chemin de la piste de danse, au bras d’Andrew. Naomi ne prêta aucune attention à Penny qui se joignit à la conversation, pourtant elle l’appréciait mais du fait que ce soit la cousine de cette peste, cela la dégoutait ! Elle préféra donc rebrousser chemin sans dire un mot. C’est alors que le charmant journaliste passa aux aveux et s’excusa pour son comportement précédent cette querelle sans intérêt. Non tu crois ? Je n’ai pas vraiment apprécié le fait que tu n’es pas été honnête avec moi, tu tiens encore à elle, cela se voit sinon pourquoi tu m’aurais planté là au milieu de la piste pour aller au bar, j’ai des yeux Andrew et je suis loin d’être dupe ! Lui balança-t-elle en colère… Puis elle l’écouta à nouveau et ajouta… Cette nuit a été merveilleuse pour moi et je ne regrette en rien ce qui s’est passé, je suis sûre de ce que je ressens pour toi Andrew et j’ai envie d’avancer mais seulement avec toi ! Je crois que… je t’aime, je n’ai jamais cessé de t’aimer et ce même à des milliers de kilomètres de toi. Elle était des plus sincères, face à lui elle lui dévoilait tout ce qu’elle pouvait avoir sur le cœur espérant sans doute avoir une réponse positive de tout cela. Elle aussi avait besoin de lui et bien plus qu’il ne pouvait l’imaginer. Etre loin de lui durant tout ce temps, avoir vécu seule une grossesse qui l’affaiblissait et la perte de leur enfant l’avait anéanti, e aujourd’hui, maintenant qu’elle avait retrouvé le père de cet enfant, elle ne voulait se résoudre à y renoncer. Renoncer à leur amour. Tu me promets qu’elle ne compte plus pour toi ? Lui demanda-t-elle avec un air de chien battu, elle avait peur, peur de perdre à nouveau l’homme qu’elle aimait. Puis elle se laissa aller avec toute la passion qu’elle avait en elle au baiser que lui donna son prince charmant si on peut dire. Elle lui lança un léger sourire et ils se dirigèrent ensembles vers la sortie afin d’aller terminer la soirée ailleurs. Allons-y ! Elle ne gâchera pas le reste de cette merveilleuse journée….
fiche par century sex.


• • •


It's been a while, I know I shouldn't have kept you waiting, But I'm here now...
Revenir en haut Aller en bas
Luke C. Whistler
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 1249
▌LOCALISATION : Appart sur Neptune
▌JOB : Etudiant en Lettres Modernes et dealer
▌EN CE MOMENT : Profite d'un moment de répit au bal aux côtés d'October
▌JUKE-BOX : Jazzanova - Complete Life
▌AVATAR PRIS : Luke Grimes

Relations & Informations
» Humeur:
20/100  (20/100)
» Arme / Pouvoirs :: Ses crocs et son arrogance.
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Sam 12 Mai 2012 - 17:09

Finalement ce bal du Printemps n’était pas un échec cuisant ; au contraire, je réussissais presque à apprécier l’ambiance et à m’habituer à la musique composée par l’orchestre. Je me retrouvai en compagnie d’October. Non pas que je le voulais particulièrement, mais parce qu’elle me faisait un peu de la peine à se dandiner de ci, de là avec sa robe bouffante qui lui seyait pourtant à merveille. Elle était toute jolie avec son ventre légèrement rebondi. La future mère m’invita à profiter de la soirée en sa compagnie ; j’acceptai. Finalement un peu de normalité ne serait sans doute pas si mal. Nous liâmes nos mains tout en dansant d’un même pas sur la piste, fleurie de danseuses aux robes pastelles et de leurs cavaliers calfeutrés dans leurs costumes élégants. Je riais. Ils avaient l’air de vrais bouffons ! Ils paraissaient coincés. « C’est le business Sutherland, le business ! » Je lui souris en la gratifiant d’un clin d’œil alors que nous tournoyons en cœur sur la piste lumineuse que quelques danseurs venaient de compléter de leurs tenues aux lueurs chatoyantes. Le soleil rendait flamboyante la chevelure déjà enflammée de ma danseuse. October rougissait légèrement alors que nous échangions quelques mots et quelques sourires. C’était comme si, le temps d’une soirée, on en oubliait nos rivalités et que l’on avait l’occasion de retrouver notre complicité d’antan. Ce que cela me manquait. Je l’observai avec nostalgie alors qu’elle riait de son petit rire d’enfant. « Qui te dit. Ce n’est pas parce que tu es la rouquine la plus mignonne que j’ai cédé facilement ! C’est aussi pour éviter que tu te tapes la honte de ta vie à danser avec un fantôme ! » Nous rîmes innocemment. « Attends, si je connaissais une mamie comme toi, je te jure que je ne ferai pas que lui voler son sac tiens ! » Je la taquinai. Elle me pinça la joue et nous reprîmes avec énergie nos mouvements car le morceau changeait de rythme ; c’était du rock’n’roll. Bien sûr que je n’allais pas faire tournoyer October dans les airs, mais je la fis légèrement sautiller en l’attrapant par la taille. Elle rit, amusée, les yeux vifs lorsque tout à coup, les trublions de service vinrent saper notre moment. Je dévisageai Jules. Il n’était pas seul. Bimbo était avec lui. Quel déchet cette fille. Je ne comprenais vraiment pas ce qu’il pouvait lui trouver, et réciproquement. Ils squattaient toujours ensemble ! Il m’était même arrivé de douter à plusieurs reprises de la sincérité de Julian à l’égard d’October tant son intérêt semblait porter sur Forbes. « Ta gueule Forbes ! » Je la dévisageai. Sale trainée. « Ouais, il est clair que je me les suis toutes faites, à commencer par Kassia. Je crois que c’était la meilleure dans le domaine, et gratos en plus ! C’était pas si mal comme affaire ! Ouais, et je suis content de l’avoir dégagée, elle faisait mal son boulot à la fin. » Julian se dressa devant moi, October haussa le ton pour nous calmer, mais il était hors de question que je me laisse faire par ces deux bolosses. « C’est quoi ton délire Forbes ? Je suis bon dans pleins d’autres domaines, comme par exemple, fermer la gueule aux connasses dans ton genre. D’ailleurs si tu veux on peut toujours tester. Une trainée en plus ou en moins, tu sais, je ne suis plus à ça de près. Et aussi, ce que je sais très bien faire, c’est couper des têtes, tuer, massacrer. Ah bon Mademoiselle a des connaissances ? Parce que mademoiselle sait quelque chose ? J’ai toujours pensé que t’étais conne. Mais bon c’est un fait aussi, tout le monde le dit donc. » Je ricanai, l’œil enflammé de rage. Je serrai les poings tandis que Julian s’interposait entre sa trainée et moi. « Casse toi Matthews ! » Je le bousculai. « Tes petites menaces à deux balles Forbes, tu te les fous où j’pense. Et bien profond sinon la prochaine fois c’est moi qui vais te la foutre et tu vas comprendre ce que ça signifie être une putain ! Ouais vas-y casse toi pauvre conne ! » Criai-je alors qu’elle venait de monter sur l’estrade pour discourir avec le speaker afin de féliciter les gagnantes et leurs compagnons. « Quoi ?! » dis-je à l’adresse d’October qui me fixait avec de gros yeux. « Elle l’a cherché ! Tout comme lui ! » Julian me dévisagea. Il était rouge. « T’aimes pas que je parle comme ça à ta meuf ? » Je le bousculai. Il ne répondit pas. « Qu’est-ce qu’il y a Matthews ? Tu n’aimes pas que je la traite de putain, c’est ça ? Toi comme moi savons très bien que c’en est une ! Ca ne m’étonnerait pas que tu te la sois faite ! Ca expliquerait bien des choses. » October poussa un hurlement d’effroi. Peut-être avais-je touché une corde sensible. J’osais l’espérer.

• • •

FORGET THE HORROR HERE. LEAVE IT ALL DOWN HERE. ♠
It’s future rust and then it’s future dust.
I’m the fury in your head.
I’m the fury in your bed.
I’m the ghost in the back of your head.


Revenir en haut Aller en bas
Chelsea S. Reynolds
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 972
▌LOCALISATION : Beverly Hills
▌JOB : Etudiante en journalisme
▌EN CE MOMENT : respire la joie de vivre !
▌JUKE-BOX : As your friend - Chris Brown
▌AVATAR PRIS : La plus jolie des petites menteuses, Lucy Hale <3

Relations & Informations
» Humeur:
100/100  (100/100)
» Arme / Pouvoirs :: Son caractère & son sourire
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Sam 12 Mai 2012 - 17:17

Un rêve, voilà ce qu'elle était en train de vivre durant cette soirée. C'était son rêve, comme elle l'avait toujours souhaité, entretenu par un décor idyllique où la beauté et la candeur du printemps était mises en avant. Le parc était resplendissant, ayant alors paré ses vives et fraîches couleurs quittant son manteau hivernal, pour le plus grand bonheur des habitants qui se régalaient du spectacle qui s'offrait à eux. Comme tous les ans, le paysage renaissait de ses longs mois d'hibernation, pour réapparaître alors encore plus beau qu'il n'eut jamais été. Le thème du bal de Printemps renforçait la féerie de l'instant, célébrant alors la vie et la nature qui s'épanouissaient sous les rayons du Soleil bienveillant. La soirée s’annonçait délicieuse, Chelsea était confiante et souriante aux bras de son cavalier, elle se laissait porter par la suave mélodie qui se jouait, suivant les pas de Matthew et se mêlant à la foule de danseurs, eux aussi guidés par le rythme entraînant de la musique. Toutes les jeunes filles présentent étaient plus belles les unes que les autres, telles des princesses dans leur robe aux couleurs acidulées, même les roses qui ornaient les allées du parc les jalousaient sans doute de leur voler la vedette. Ce bal était en tout point parfait, d'autant plus que Matthew avait finalement accepté d'y accompagner Chels, alors qu'ils venaient tout juste de se réconcilier après leur violente dispute où ils avaient laissé échapper l'un comme l'autre des phrases assassines, lourdes de sens. C'était là le plus grand bonheur de la jeune femme, tout ce qui comptait était de l'avoir retrouvé, et elle se promettait à elle même de ne plus jamais le perdre un seul instant. C'était ce qu'il y avait de mieux, Matt et Chels étant tout deux de forts caractères, une dispute les emmenaient souvent bien loin. Elle regardait le jeune vampire d'un air tendre et reconnaissant, ce genre de soirée n'était pas tellement ce que le chef des Rebels préférait mais il était venu malgré tout, pour elle. Elle remarqua également son effort vestimentaire, il portait un magnifique costard cravate, elle laissa alors échapper un sourire éclatant; ça lui allait à merveille, dommage qu'il n'en porte pas plus souvent, peut-être que Chelsea devrait l'emmener à d'autres bals, cependant n'abusons rien, et puis ça n'est pas sur du tout qu'il accepte ce genre de propositions. Ayant enfin réussi à obtenir une première danse de la part de son petit ami, la belle brune profita de l'instant magique qui lui était accordé, rythmant ses pas avec ceux de Matthew, la tête posée délicatement sur son épaule, l'instant en était parfait. Lorsqu'il brisa le silence impérial, Chelsea conserva son calme toujours bercée par le son des violons, écoutant attentivement le jeune homme. Il prenait un certain plaisir à reparler d'April et du fait que Chelsea se réjouissait de cette situation, la conversation à ce sujet semblait vaine d'avance, elle avait bien sa propre conception des choses, mais ne souhaitant pour rien au monde débattre des heures à ce sujet, elle leva simplement les yeux au ciel avec un sourire faussement malicieux en guise de réponse. Pour ce soir, elle cédait, elle lui donnait raison si ça pouvait lui faire plaisir, cherchant à tout prix à éviter une nouvelle dispute comme cela avait été le cas avec la dernière en date qui fut peut-être la plus violente de toutes. Un sourire étira ses lèvres suite à la remarque de Matthew, un ange ? Voyez-vous cela, elle releva la tête lui adressant sa plus belle grimace. Dis pas n'importe quoi, t'es pas difficile à aimer, pas pour moi en tout cas ! Elle accepta volontiers le baiser du jeune homme, savourant chaque seconde leur étreinte. Je l'espère oui, et c'est tout ce qui compte. Ces dernières paroles prononcées par Matthew avaient le pouvoir de rassurer la demoiselle. Chelsea était sereine, blottie dans ses bras, tout semblait merveilleux. Pour la plus grande surprise de l'apprentie journaliste, son beau cavalier ouvrit alors son coeur, chose rare, parce que Matt n'est pas le genre à faire ces choses là, à vrai dire il est plus rebel que romantique. C'est pourquoi elle savoura ses moindres paroles, ça lui fit énormément plaisir, et elle lui offrit son plus beau sourire tout en l'écoutant. Monsieur Cullen joue les grands romantiques, déclara-t-elle taquine, je suis une privilégiée alors. Une privilégiée qui a beaucoup de chance de t'avoir et que tu sais combler de joie. Je t'aime aussi, avec tes défauts, d'ailleurs je t'interdis d'en changer, tu es parfait comme ça ! Elle lui sourit amusée, et resserra ses bras autour de sa nuque. Elle partagea avec son petit ami un long et langoureux baiser avant de se détacher un petit pour peu pour le regarder droit dans les yeux. Tu sais l'autre fois, tu me disais qu'on était différent, que je n'appartenais pas à ton monde, que je ne pouvais pas te comprendre, c'est surement vrai, mais je ne demande que ça, en savoir plus sur toi, parce que je t'aime et que tu comptes bien trop pour moi. Je t'accepte tel que tu es et ça me plairait de découvrir ton univers, peu importe si c'est contre nature, dangereux ou effrayant, ça te concerne et c'est l'essentiel. Elle lui sourit avant de se blottir à nouveau dans ses bras.

• • •





When you love someone, it's worth fighting for. No matter what the odds

Revenir en haut Aller en bas
Jacob Black
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 899
▌LOCALISATION : La Push.
▌JOB : Etudiant en Mécanique
▌EN CE MOMENT : Au bal avec Amber
▌JUKE-BOX : Chris Brown - Treading Water
▌AVATAR PRIS : Taylor Lautner

Relations & Informations
» Humeur:
30/100  (30/100)
» Arme / Pouvoirs :: Ses crocs et son sale caractère .
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Dim 13 Mai 2012 - 15:18



Spoiler:
 

Ce n’était réellement pas mon genre d’assister à de telles niaiseries ; je détestais habituellement ces ambiances fifilles, teintées d’hypocrisie et d’eau de rose, cependant, pour une fois, j’avais l’impression d’être vraiment bien planté dans ce cadre qui avouons le était idyllique. De plus, je savais pertinemment quelle importance pouvait revêtir un tel évènement pour Amber ; j’avais donc décidé de jouer le grand jeu jusqu’au bout, quitte à me ridiculiser, peu importe, c’était vraiment pour elle que je faisais ça. Nous nous plaçâmes sur la piste de danse ; avoir tous les regards des envieux et des jaloux apostés en notre direction me gênait. J’avais envie d’en coller une belle à ces petites minaudières qui ricanaient dans le dos d’Amber, mais visiblement, la jeune fille était bien trop fière et bien trop forte pour tomber dans leur jeu, ce qui était admirable. J’étais très impulsif, donc je ne pouvais que féliciter un tel sang froid et une telle sagesse. Sa main prit appui contre moi épaule ; ses yeux restaient plongés dans les miens. Ils brillaient comme les bijoux accrochés à son cou. Je lui souris lorsqu’elle me remercia de l’avoir honorée de ma présence. « C’est naturel. Après tout, toi aussi tu viens me voir jouer de temps en temps. Je te dois bien ça ! » Je lui adressai un clin d’œil alors que nous reprîmes nos pas avec plus d’aisance et d’entrain cette fois-ci. L’orchestre composait une partition bien plus rythmée que la précédente. Elle révélait les bons danseurs et larguait en cours de route, les piètres. Ma cavalière tenait le bon rythme. Je me forçai à la suivre. Je ne savais pas danser. Je n’aimais pas cela et pourtant, j’étais prêt à bien des sacrifices pour elle. « Tu me devras bien plus qu’un verre pour me remercier. » Soufflai-je au creux de son oreille tandis que mes doigts effleuraient légèrement son dos. Elle sourit, les joues un peu cramoisies. Je la serrai plus contre moi, l’embrassant à mon tour amoureusement. « Et moi des jaloux. Regarde-toi, tu es ravissante Amber. » Je la fis à peine tournoyer sur elle-même ; sa robe tourbillonna autour d’elle, comme la poussière dorée dessinant des cercles colorés dans les cieux. « C’est clair que ce n’est pas vraiment confortable, et je ressemble à un espèce de je ne sais quoi ainsi. La prochaine fois, je viendrai en jean, en basket et je prendrai un vieux t-shirt plein de cambouis. Ca te plaira, j’en suis certain ! » La taquinai-je à mon tour. Elle sourit, son rire était la plus belle des mélodies. Je me délectai de cette proximité retrouvée. Je caressai doucement la paume de sa main. « Je suis vraiment content qu’on se retrouve Amber. Tellement de choses se sont passées dernièrement et je n’ai pas trop passé de temps avec toi. Je m’en veux. Je vais tout faire pour que cette journée toute entière te soit mémorable ! » Mes lèvres s’appuyèrent contre les siennes, très légèrement alors que nous reprîmes la même allure que celle imposée par la musique plus suave. Après quelques minutes, l’organisateur gravit les marches le reliant à la scène. Les danseurs s’exerçèrent une dernière fois sur la piste pendant que l’homme demandait le silence ; on s’arrêta tous. Je gardai une main serrée dans celle d’Amber. De sa voix la plus forte, le préparateur dévoila le nom des gagnants ; Gabrielle et Isabella. Les deux jeunes filles grimpèrent à leur tour sur l’estrade. On les applaudit avant d’apprécier leur discours alors que certains couples, désenchantés par leur défaite, quittaient la piste à pas rageurs. Je resserrai ma main dans celle d’Amber, glissant au creux de son oreille « Ce n’est pas grave si tu n’as pas gagné. Le plus important c’était de participer et d’avoir le courage de faire ce que tu as fait. Pour moi, ce prix est bidon ! Le vrai prix c’est ta bravoure ! Le reste, on s’en fiche ! » Je l’attrapai doucement par la taille afin de la tirer hors de la scène où les gagnantes et leurs cavaliers improvisaient les pas d’une dernière danse. Nous avançâmes le long d’un petit sentier boisé, appréciant le calme, la solitude, le silence. Amber nous trouva une place près d’un petit ruisseau qui roulait ses eaux bleues et étincelantes. Nous nous installâmes dans l’herbe, entourés de fougères et de roses blanches. « Comme je t’ai dit, ne te bile pas pour ce prix. Ce n’était pas important. Et puis, tu n’as pas besoin de trophée pour être la plus belle. Pour moi, tu l’es déjà. » Lui murmurai-je tout en coupant doucement une rose que je lui tendis. Je lui souris, les yeux brillants d’amour pour elle. Je n’étais pas romantique habituellement, mais avec Amber, je devenais tout miel.

• • •
I'm the Wolf and You are the Moon.

Revenir en haut Aller en bas
Christopher Steadworthy
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 787
▌LOCALISATION : Tout près du manoir , terré dans les ténèbres .
▌JOB : Etudiant en sciences politiques
▌EN CE MOMENT : Monte sa révolution.
▌JUKE-BOX : Sean Paul > Touch the sky
▌AVATAR PRIS : Hunter Parrish

Relations & Informations
» Humeur:
46/100  (46/100)
» Arme / Pouvoirs :: Capacité à communiquer en montrant des images rien que par le toucher .
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Mer 16 Mai 2012 - 13:15

Christopher avait eu d’emblée le sentiment que cette journée de fête allait se tourner à un moment ou l’autre en un véritable cauchemar. Il l’avait vécu quelques minutes sur la piste de danse, au bras de cette cavalière dont il ne gardait en mémoire que le charmant sourire ; le fils prodige était indifférent à cette journée. Il était là avec peut-être l’espoir de la revoir ? Car malgré tout, elle attisait encore toute sa curiosité et tout son intérêt. Le chef de la Révolution avait beau se voiler la face en cessant de se convaincre de mille et un mensonges, la vérité était là, réelle, cuisante ; elle lui faisait froid dans le dos et pourtant, il se résignait à la refuser, à ne pas y croire. Christopher en voulait à Melody pour le mal qu’elle avait commis, mais, il y avait toujours cette indéfinissable chaîne qui les liait fermement l’un à l’autre. Le Révolutionnaire ne pouvait négliger l’attirance, l’alchimie, le magnétisme entre la blonde et lui. Pourtant sa fierté et son égo démesurés l’invitèrent à adopter une attitude des plus froides avec la jeune femme ; Melody l’observait de ses grands yeux bleus, curieux et tendres à la fois. Il ne voulait rien laisser transparaître si ce n’est son immense mépris pour elle. Après tout, elle l’avait trahi en essayant de s’attaquer à ses parents, et puis à lui ; elle avait ruiné ses desseins, des années et des années de préparation. Son Maître bien aimé allait le lui faire clairement payer et Steadworthy craignait sérieusement le courroux du vampire. « Totalement ! Tu n’as jamais réellement compté, tu étais juste une clé qui me permettrait d’ouvrir bien des portes, hélas, certains mécanismes ont leur défauts. » Un sourire vicieux se logea sur ses fines lèvres pendant qu’il la toisait sournoisement, ses yeux brillants d’un feu de malice qui avait toujours été son ardente force. « Merci de confirmer si gentiment mes choix. » Opina-t-il, ironique à son tour. « On ne se fiche jamais des jolies jeunes femmes, peu importe nos sentiments à leur égard. Ce n’est qu’une règle de courtoisie que j’applique, ni plus ni moins Melody. » Il lui répondit avec un ton froid, sans émotion de sa voix de velours. Ses yeux effleurèrent la silhouette de la jeune fille qui était toujours pleine de grâce et d’élégance. Il avait menti. Mais il mentait tellement bien, cependant Melody n’était pas dupe. Elle savait assez bien le décrypter et interpréter ses regards alanguis posés sur elle. Christopher accepta finalement l’armistice ; tous deux quittèrent la foule et s’égarèrent le long de petits sentiers ornés de bois jolis et de fleurs pétillantes de vie et de couleurs. Le chef de la Révolution avait le regard errant ; sans but précis, il le posait le long des hautes herbes où brillaient des perles de nacre, il le joignait également au bleu des cieux puis aux verts pâturages qui s’étendaient à perte de vue. La nature reprenait vie après l’Hiver. Une nouvelle transformation, une métamorphose mirifique, à l’instar de la sienne ; lui aussi aspirait à la nouveauté. Au changement. La Révolution était la clé qui lui ouvrirait bien des portes. Cependant Christopher sentait l’échec le guetter, et puis le doute, corrompant son jugement. Tout cela le mettait hors de lui ; rien ne se passait comme il l’avait planifié, les cartes lui échappaient et son coup de poker ultime ressemblait de plus en plus à une mascarade grossière. Il laissa échapper un soupir pendant que la jeune fille justifiait son comportement, parlant de sa voix cassée par l’émotion. Steadworthy eut de la peine pour elle, mais il ne releva pas. Il resta de marbre, le regard furtivement égaré sur les lignes de son doux visage qui lui inspirait dès lors toute la misère et toute la tristesse du monde. « Comment pourrais-je réellement t’aider ? Je n’ai rien à voir avec ces conneries d’histoires d’anges et de démons. Je n’y connais rien ! » Affirma le révolutionnaire d’un ton farouche. Sa colère se lisait sur son visage ; il fronça de nouveau les sourcils lorsque Melody le supplia de revenir dans sa vie, de l’aider. De la soutenir. Que pouvait-il faire face à un tel appel ? Un tel cri du cœur ? Il se sentait profondément troublé par elle, par sa présence. Elle était à la fois devenue sa force, mais aussi sa faiblesse. Il n’avait jamais aimé auparavant. Barthelemy ne lui avait jamais appris à apprécier les sentiments et les frissons de l’Amour ; son maître préconisait la cruauté, la suprématie des vampires sur les hommes, la colonisation, le chaos. Voilà ce que Steadworthy savait parfaitement faire et comprendre. « Comment ça, tu vas mourir ? » S’étonna t-il. Ses yeux devinrent plus tendres, plus clairs alors qu’il avança d’un pas vers son élue. Melody baissa la tête, ses cheveux dorés lui cachant le visage. D’un geste affectueux, le jeune homme lui prit le visage entre les mains, balayant de son souffle sibérien les chaudes larmes qui naissaient dans le fond de ses yeux. « Réponds moi, comment vas-tu mourir ? Comment cela est-il possible ? Qui compte te tuer ? Pourquoi ne m’en as-tu pas parlé plus tôt ? » Ce florilège de questions à la suite montrait son inquiétude très grande et insoutenable. Il voulait des réponses. Il ne savait pas encore quel serait son dernier choix, mais un morceau de son cœur émietté voulait vraiment soutenir la cause de la jeune fille. Leurs regards restèrent un moment noyés l’un dans l’autre ; ils en négligeaient la fête, les élections, les résultats, les danses. Et lui en oublia son humaine. Ses parents. Et tout le reste. Il ne pensait plus qu’à Melody et à ce qu’elle venait de lui confier ; la peur au ventre, Steadworthy la fixait en attendant impatiemment une réponse de sa part. Il allait l’aider, finalement. Non pas par pitié, mais par réelle affection. Etait-ce donc ça le fait d’aimer ? Etre dévoué à l’autre, vouloir le meilleur pour lui et se sentir une puissance incroyable née au fond des entrailles, donnant tout le courage et toute l’énergie afin d’obtenir pour l’être aimé la protection, la sureté, le bonheur ? Combattre pour lui jusqu’à en perdre la raison ? Peut-être était-ce finalement ça, ce sentiment nouveau, torturant et exquis à la fois que ressentait Christopher à l’égard de Melody car il était convaincu qu’il était prêt à faire de grandes choses pour elle, comme elle l’avait fait avec lui en voulant le débarrasser de ses parents. II comprenait mieux la chose désormais.

• • •

You're my moonlight, You're my sunlight.

Revenir en haut Aller en bas
Brooke E. Caldwell
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 3736
▌LOCALISATION : Beverly Hills
▌JOB : Chef des stylistes à MODE / A la tête de Clothes Over Bro's
▌EN CE MOMENT : Se pose des questions à propos de sa soeur.
▌JUKE-BOX : Florence + The Machine - Over The Love
▌AVATAR PRIS : Sophia Bush

Relations & Informations
» Humeur:
100/100  (100/100)
» Arme / Pouvoirs :: sa créativité
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Mer 16 Mai 2012 - 21:32

Spoiler:
 

Le Bal du printemps représentait l’un des évènements majeurs de la ville. Tout le monde en parlait, souhaitait s’y rendre en bonne compagnie. Non seulement pour le tape à l’œil, se faire remarquer, papillonner devant tous les concitoyens, mais aussi car c’était le moment idéal pour passer un moment hors du commun, avoir l’occasion de côtoyer les gens de la ville sous un tout autre angle que celui du quotidien. Chaque année, la jeune styliste répondait présente pour la fête, car elle y appréciait particulièrement l’ambiance légère et détendue. Cette belle saison était appréciée par tous ; toute la nature frémissait et murmurait sous le signe de la Renaissance. Quelques jours plus tôt, Brooke avait reçue l’invitation d’une styliste renommée française, pour se rendre à son défilé promouvant sa nouvelle collection printemps/été. S’il n’y avait pas eu le bal du printemps le jour même, s’en doute Brooke n’aurait pas refusé de s’y rendre, mais certainement pas de bon cœur, c’était certain. Rare étaient les stylistes –mise à part sa meilleure amie Rachel évidemment- avec lesquelles elle entretenait des relations amicales sincères. Elle s’efforçait de le faire pour son image et parce que cela était bon pour les affaires, mais cela ne l’empêchait en rien de leur mettre autant que possible, des bâtons dans les roues et de leur casser du sucre sur le dos. Non, ce week-end là c’était en compagnie de son fiancé Jude qu’elle désirait être. Ils avaient pas mal de temps à rattraper après en avoir largement consacré à des histoires houleuses. Pour l’occasion, rien n’avait été laissé au hasard ; vêtue d’une élégante robe crée par ses soins, de ses bijoux les plus attrayants et enfin, d’escarpins noirs. Brooke, au bras de Jude, fit son entrée au milieu des arches richement fleuries dont la senteur envahissait l’air. Un large sourire étincelant se dessina sur les lèvres de la styliste à la vue de l’ambiance si festive. L’instant d’après, elle posa son regard sur son homme tout aussi admiratif qu’elle. Ensemble, ils s’invitèrent sur la piste de danse aux côtés d’autres. Tel un véritable gentleman, Jude les introduisit dans la danse avec une perfection sans nom. Le jeune homme se débrouillait merveilleusement bien, sans nul doute le reflet de la bonne éducation qu’il avait reçu de ses parents. Il faut dire qu’il ne s’agissait pas de n’importe qui non plus. Je ne te savais pas aussi bon danseur ! Lança t-elle d'un ton flatteur. Tant de compliments, c’est moi qui devrais m’estimer la plus chanceuse ! Reprit-elle en souriant fièrement. Puis, approchant ses lèvres des siennes, Brooke y déposa un tendre baiser tout en continuant leur danse si soignée. En tournant la tête pour observer les gens qui les entouraient, le regard de la styliste se posa sur une silhouette familière en charmante compagnie ; Ce ne serait pas lui le fameux Thomas Preasley qui travaille avec toi ? Demanda t-elle en ne les quittant pas des yeux, légèrement curieuse. Elle avait déjà entendu parler de lui mais ne le connaissait pas, sans plus. Seulement, Lexy lui en avait parlé d'une manière qui en disait long bien qu'elle avait été très brève sur le sujet, c'était donc l'objet de curiosité de la styliste. Jude lui envoya un drôle de regard, un de ceux qui veulent dire ; 'Es-tu certaine de vouloir parler de cela maintenant?' Il n'y avait cependant aucun risque que Brooke aille adresser la parole à Lexy ce soir, elle était bien trop perturbée par sa soudaine envie de vouloir faire la paix ; chose inconcevable. Lorsque elle tourna le regard de nouveau vers Jude, Brooke ne manqua pas de remarquer que ce-dernier semblait préoccupé, nostalgique peut-être aussi, Tu es sûr que tout va bien? S'enquit-elle alors en serrant davantage sa main dans la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
http://fyeahwelovethem.tumblr.com/
Melody D. Hepburn
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 397
▌LOCALISATION : Dans un petit studio
▌JOB : Etudiante
▌EN CE MOMENT : le hait et l'aime en même temps
▌JUKE-BOX : Selena Gomez - &quot;Who says ?&quot;
▌AVATAR PRIS : Elsa Hosk

Relations & Informations
» Humeur:
100/100  (100/100)
» Arme / Pouvoirs :: Je peux voler comme un oiseau, je peux me déplacer sous la terre d'une vitesse fulgurante & beaucoup d'autres pouvoirs inexplorés.
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Jeu 17 Mai 2012 - 15:55

Je n'avais vraiment qu'une seule envie, quitter cette fête et oublier Christopher, mes sentiments pour lui, cette stupide sensation que me faisait dire qu'il m'ait eu et que jamais plus je ne pourrais être libérée de son emprise. Je voulais qu'il soit à mes cotes, et moi aux siens. Mais j'avais fais une erreur, la plus grosse de toute ma misérable vie et j'en payais le prit fort, un prix peu être même fatale pour moi. Je voulais l'oublier, sachant qu'il ne pardonnerait jamais de m'en être prit a ses parents, et surtout à lui. Pourtant dans mon esprit, c'était comme si celle qui avait fait ça n'était pas moi, pas moi du tout, mais je devais me rendre à l'évidence, mon coté démon était là, présent, rodant en moi et n'attendant qu'une petite brèche pour s'élever au grand jour et tous détruire sur son passage. Je voulais m'excuser, tout en sachant que Christopher ne serait pas enclin à me parler et encore moins a me pardonner. J'étais complètement perdue, et surtout énerver de le voir avec sa petite humaine insignifiante alors qu'il m'avait eu moi, et pouvait m'avoir encore. Il était là, devant moi, et j'aurais voulu mourir plutôt que de voir encore le méprit, la colère alors qu'il me regardait de ses grand yeux qui me disait bien plus que ses paroles. « Totalement ! Tu n’as jamais réellement compté, tu étais juste une clé qui me permettrait d’ouvrir bien des portes, hélas, certains mécanismes ont leur défauts. » Je tressaillis. Les mots étaient tellement plus dure, plus puissant aussi que les gestes. Chaque mots était comme des centaines de coup de poignard dans mon coeur. J'avais mal mais je suppose que c'était exactement ce que je méritais. Je le regardais, yeux lançant des flammes. J'étais ivre de colère, ivre de dégout de moi même. Venir a cette fête avait été une erreur, je le compris maintenant mais je refusais de croire qu'il se fichait de moi. Je savais que cela n'était pas le cas et lui aussi le savait. Je tenais bon, mon coeur se brisant un peu plus a chaque mot qu'il disait, emplis de haine. « Merci de confirmer si gentiment mes choix. » A ce moment là, si je n'avais pas été moi, j'aurais pu lui sauter à la gorge. « On ne se fiche jamais des jolies jeunes femmes, peu importe nos sentiments à leur égard. Ce n’est qu’une règle de courtoisie que j’applique, ni plus ni moins Melody. » Faux. Oh Christopher, tu est un si bon menteur, mais tu oublis que je sais mieux que personne te déchiffrer et que c'est pour ça, que tu ne me tue, que tu me regarde, que tu me parle. Je te connais, tu me connais. Là et le problème peu être.

Donc … Tu m'a utiliser, c'est bien ça ? Lui demandais-je lançant mes mots comme du venin mortel en le regardant. Je te félicite tu as réussis à m'avoir, et en beauté. Tu peux être fière de toi, vraiment. Je le fusillais du regard. Quel autre choix j'ai que d'accepter de te voir avec elle de toute façon ? Aucun. Dis-je d'un ton plus que froid. Bien sur, de la courtoisie …

Je secouais la tête, presque sur le point de craquer. Mais je voulais qu'il m'écoute, qu'il me comprenne, qu'il m'excuse même tout en sachant qu'il y avait peu de chance que cela arrive. Mais je nze voulais pas croire que lui et moi c'était fini avant d'avoir vraiment commencer. On était lié, je ne savais comment ni pourtant mais j'étais sur. On pouvait s'aider mutuellement, je n'en doutais pas, j'en étais même certaine. Il finit par accepter de me parler, de venir avec moi un peu plus à l'écart de la fête. C'était une grande victoire qu'il accepter au moins de m'écouter. Au moins même si il ne voulait plus jamais entendre parler de moi ensuite. Nous nous éloignâmes de la foule. Et une fois que nous fûmes seuls je lui parler, à coeur ouvert comme on dit, sans rien lui cacher. Je sentais que je pouvais craquée a tout moment. « Comment pourrais-je réellement t’aider ? Je n’ai rien à voir avec ces conneries d’histoires d’anges et de démons. Je n’y connais rien ! » J'y un faible sourire. Évidemment qu'il n'y connaissait rien aux histoires d'anges et de démons, et ce n'es pas ce que j'attendais de lui. Son ton était encore coléreux, et je savais que cela prendrait du temps. Je ne le regardais pas, mon regard perdue dans les reflets de l'eau.

Je … Tu crois que j'ai toutes les réponses ? Lâchais-je abruptement avant de me calmer. Je ne sais pas … C'est ce que je ressens, je ne peux rien te dire de plus. Tout ce que je sais, c'est qu'avec toi, je sais me contrôle, je me sens mieux, plus sereine. Avouais-je à mi-voix. Je ne suis ni l'ange, ni le démon, je suis juste normal. Un mélange des deux et pas un monstre pure et divin un instant et qui tente de te tuer celui d'après.

Je disais tout, parlais sans triche, mon regarde perdu dans le vague. Je voulais qu'il me revienne, je voulais qu'il sache que je ne le laisserais pas m'échapper sans avoir tout donner pour qu'il me pardonne, et me revienne. Je lui parler aussi de l'épée de Damoclès pesant sur moi. Je ne voulais pas mourir, vraiment pas mais j'étais incapable de choisir un camps. Cela serait comme abandonner une part de moi-même et c'était un possible, ou comme choisir lequel de vos parents vous aimez le plus.« Comment ça, tu vas mourir ? » L'entendis-je me demander, surpris. Je ne répondis pas, restant muette, mes yeux dans l'eau clair de l'étang. Je baissais ma tête et mes cheveux cachèrent mon visage. Il s'approcha de moi et prit mon visage entre ses mains, me regardant. « Réponds moi, comment vas-tu mourir ? Comment cela est-il possible ? Qui compte te tuer ? Pourquoi ne m’en as-tu pas parlé plus tôt ? » Je le regardais dans les yeux, sans bouger, sans parler, juste en le regardant et en sentant, avec bonheur, sa main sur ma joue. Durant de longues minutes je restais yeux dans les yeux avec lui. J'en oubliais la fête. Mais je m'en fichais bien de toute ça si je n'y étais pas avec lui. Je respirais calmement, avant de prendre la parole.

C'est compliqué … Pour faire simple. Je ne peux pas rester comme ça, entre deux? mi-ange mi-démon. C'est impossible. Je dois choisir entre les deux camps, mais je n'y arrive pas, je ne peux pas … Ma voix recommençait à s'emplir d'émotion, de sanglots incontrôlable. Je ne sais pas quand, mais si je ne choisis pas, et le plus vite sera le mieux, l'un ou l'autre des camps me tuera. En tous cas les deux essayeront. Dis-je entre mes pleurs. Je suis la première chose qui leur donne un but commun : me tuer, effacer de la terre la monstruosité que je suis. Je respirais avec peine. Je fermais les yeux, essayant de retrouver mon calme. Peu être que cela serait mieux pour tout le monde au final …

Je n'avais rien demander de toute ça. J'étais juste prise dans cet enfer. Mes parents m'avaient vraiment donner le plus lourd des fardeau en me donnant la vie et maintenant c'était moi qui devait vivre avec ça et je ne savais pas comment faire.

• • •
« Life is getting harder day by day And I don't know what to do, what to say And my mind is growing weak every step I take It's uncontrollable. Now they think I'm fake, yeah. Coz I'm not alone. And I, I get on the train on my own And my tired radio keeps playing tired songs And I know that there's not long to go Oh, and all I wanna do Is just go home. Not Alone || Mcfly. »
Revenir en haut Aller en bas
Brandon R. Pierce
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 125
▌LOCALISATION : Bervely Hills
▌JOB : Acteur hollywoodien
▌EN CE MOMENT : Revoir sa belle
▌JUKE-BOX : Mr. Hyde / BB Brune
▌AVATAR PRIS : Matt Bomer

Relations & Informations
» Humeur:
70/100  (70/100)
» Arme / Pouvoirs ::
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Jeu 17 Mai 2012 - 16:09

De retour de Paris voilà que cette fête du bal de printemps se présente comme l'occasion de faire notre première vraie sortie depuis que nous sommes de nouveau ensemble Penny et moi. Je l'invite bien évidement et elle accepte avec plaisir même si ce genre de cérémonie n'est pas en général l'endroit où nous allons habituellement mais qu'importe. Je m'habille assez simplement d'un costume sombre avant de demander à Joseph de sortir la Lamborgini du garage pour que je puisse la prendre et emmener ma belle jusqu'à la soirée. Une fois prêt je rejoint la jolie blonde chez elle et l'entraine jusqu'à New Heaven prenant quelques raccourcis pour éviter les embouteillages. Une fois sur place je gare la voiture et sort ouvrir la portière à ma compagne en lui tendant la main souriant. " Mademoiselle. " Nous entrons bras dessus bras dessous en observant les décorations, les arbres en fleur, les magnifiques lampes un peu partout éclairant la piste de danse et ses danseurs. J'entraine rapidement ma jolie blonde vers la piste et danse tout contre elle. " Je suis heureux aussi d'être ici avec toi. " Tout se passe pour le mieux entre nous maintenant. Ce séjour à Paris nous à fais le plus grand bien il faut l'avouer. Rien que nous deux, portables éteints, pas de moyen de nous joindre, juste nous et la capitale Française pour le plus grand plaisir de ma princesse qui aime tellement cette ville. Je la voit perdre le cours de ses pensées et suit son regard vers un groupe de jeunes gens. Lorsqu'elle s'excuse je prends la direction du bar et ramène ensuite deux boissons en la rejoignant auprès de ses amis. Enfin je suppose que ce sont ses amis. Je tends le verre à la blonde et sourit poliment saluant les jeunes gens avant de me tourner vers la scène où les prétendantes au titre de reine viennent de monter. Un immense sourire se dessine sur mes lèvres lorsqu'elle me dit avoir déjà trouver son soleil. J'approche mon visage du sien. " Tu es plus qu'un soleil Penny. " Je l'embrasse tendrement avant de reprendre notre danse buvant quelques gorgées.

• • •

If you ever leave me, baby, leave some morphine at my door 'cause it would take a whole lot of medication to realize what we used to have, we don't have it anymore. Cause there'll be no sunlight if I lose you, baby there'll be no clear skies if I lose you, baby just like the clouds my eyes will do the same if you walk away everyday, it'll rain, rain, rain. There's no religion that could save me no matter how long my knees are on the floor so keep in mind all the sacrifices I'm makin' will keep you by my side and keep you from walkin' out the door.
Revenir en haut Aller en bas
Josh B. Silverstone
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 388
▌LOCALISATION : Tree Hills
▌EN CE MOMENT : est à un dîner romantique aux côtés de Maria...
▌JUKE-BOX : Délit - Amel Bent
▌AVATAR PRIS : Matt Lanter

Relations & Informations
» Humeur:
70/100  (70/100)
» Arme / Pouvoirs :: Une planche de surf et des vagues !! :P
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Jeu 17 Mai 2012 - 18:09

Spoiler:
 



Le bal avait été réussi. Une foule importante était présente aujourd’hui. Josh était accompagné en ce jour de Maria qui était devenue sa petite amie officiellement après leur soirée au restaurant. C’était leur première sortie en tant que couple ; une occasion d’inaugurer ce moment. Epanoui, le surfeur affichait un sourire à chaque fois qu’il la regardait. De plus, la sexy mexicaine resplendissait dans sa tenue. Ils ne mirent pas beaucoup de temps pour arriver au bal. « Evidemment ! Avec tous les mecs qu’il y aura, on ne sait jamais. J’espère bien parce que pour moi, tu la seule ! » il déposa un tendre baiser sur le front de la jeune femme. A peine étaient-ils arrivés que Silverstone avait repéré le trio en train de se disputer. Tout naturellement, il s’était rapproché pour savoir ce qui se passait. Après tout, Andrea était sa meilleure amie. Quand à Justin, il avait plus l’air d’être l’arbitre entre la dispute de Sofia et de la cheftaine des cheerleaders. Le sportif emmena avec lui la styliste qu’elle ne reste pas seule à l’attendre. Il ne lui ferait pas ça pour leur première sortie en amoureux. Le jeune homme s’incrusta dans la conversation. Il en profita pour sermonner le chef des Revelers car ce dernier avait donné de l’eau de vie à l’australienne alors qu’elle ne tenait pas trop l’alcool. De plus, elle était une sportive mais aussi un des chefs des Athletes donc elle se devait représenter une bonne image. Elle-même, elle avait interdit à ses filles de ne pas agir de telle sorte. Il s’en rappelle comme si c’était hier. En effet, la cheerleader avait changé les méthodes que l’ancienne capitaine avait. Rhodes était plus dure avec son équipe. Néanmoins, grâce à son caractère, sa détermination, elle avait pu emmener son équipe jusqu’au championnat. La blonde, rassura Josh puis lui conseilla de profiter de la soirée avec sa petite amie. Il l’écouta mais avant de partir, il parla sèchement à Sofia car d’après ce qu’il avait compris, c’était à cause d’elle que des rumeurs sur les Athletes couraient. Des bourses pour les sportifs étaient en jeu. Ce n’était pas de la rigolade. Il partit main dans la main avec Maria vers la piste de danse. On venait d’élire les deux Miss Printemps de cette année. Ils applaudirent afin de féliciter les deux gagnantes qui étaient accompagnées de leurs cavaliers. Sa compagne n’avait pas gagné le concours mais Josh s’en moquait lui parce qu’elle avait gagné le cœur du beau brun. Et ça, ça valait plus qu’un de ces concours. Ils dansèrent gracieusement après que les deux Misses aient fait leurs danses. « Elles sont ravissantes les deux gagnantes mais elle n’arrive pas à ta cheville, c’est certain ! » un léger silencce s’était quand même installé entre eux. Il s’expliquait par le fait que Josh était préoccupé ; il s’inquiétait pour sa meilleure amie. Il n’aimait pas la voir, depuis qu’elle n’était plus avec Seth, plus rien n’allait pour elle. Maria brisa rapidement ce silence en parlant de la riche famille qu’était les Silverstone, ce qui énerva immédiatement le surfeur. Il ne voulait pas entendre parler d’eux, hors de question. Comme il se mettait d’une colère noire, la styliste changea de sujet et revint sur la principale préoccupation de Josh, Andrea. Il s’excusa car il ne l’avait pas présentée. Il s’en voulut et rectifia son erreur. « Je te la présenterai quand les choses se calmeront. Oh ! Peut être que te rencontrer lui permettrait d’oublier ses problèmes quelques instants, qui c’est ! Elle compte énormément pour moi et le simple fait de la voir dans cet état m’attriste. J’irai la voir chez elle après le bal quand je t’aurai raccompagné. Je veux m’assurer qu’elle pourra tenir le coup. » il prononça ces mots en faisant allusion à Seth et aux rumeurs malsaines des Anonymous. Josh avait envie de dire à Maria de quoi il était accusé, mais il ne voulait pas qu’elle s’inquiète. Elle avait sa carrière de styliste et elle commençait à devenir de plus en plus reconnue donc il ne voudrait pas que cela perturbe sa vie. Il s’en voudrait trop sinon. « Moi aussi et je dois que j’attendais ce jour avec impatience. J’ai la chance d’être un surfeur titré et d’avoir la plus belle petite amie ! Que demander de plus ?! » s’écria-t-il en rigolant. Il la fit tournoyer et la rapprocha de lui. La jeune femme remit sa tête sur l’épaule de Josh et ils continuèrent de danser au rythme de la musique.

• • •


Revenir en haut Aller en bas
Ethan A. Williams
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 1322
▌LOCALISATION : Manoir des Williams à Tree Hill
▌JOB : Artiste peintre
▌EN CE MOMENT : Essaye de changer l'avenir.
▌JUKE-BOX : Usher - Scream
▌AVATAR PRIS : Jonathan Rhys-Meyers

Relations & Informations
» Humeur:
70/100  (70/100)
» Arme / Pouvoirs :: Contrôle sur l'esprit d'autruis
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Ven 18 Mai 2012 - 1:12

Spoiler:
 

Sous la réverbération chatoyante du soleil, les danseurs mêlaient leur énergie et leur fougue à leurs pas emplis d’une grâce intelligible ; tous passaient heureux, des sourires peignant doucettement les contours de leurs visages qui brillaient de mille et une couleurs, comme les fleurs ondulant dans la bise. Les coiffes des demoiselles se composaient également de roses et de lilas fraichement éclos. Des perles étoilées et des diamants éclairaient le regard de Jailyn qui aux yeux du peintre était sans aucun doute, la plus belle des merveilles de ce monde. Elle rayonnait. Elle était d’une douceur et d’une volupté incroyables ; elle le fascinait comme au premier jour. Ce jour pourtant pluvieux que sa simple présence avait su ensoleillé ; il se souviendra éternellement de cette fraiche matinée de Septembre à Londres. Il l’avait peinte avec une telle fougue, une telle affection qu’il se sentait toujours aussi ému en revoyant les chefs d’œuvres où se brossaient les délicieuses lèvres de sa belle. Où ses yeux ressemblaient à des saphirs. Où ses mèches brunes bataillaient sur ses épaules nues et pâles. Sa main attrapa la sienne au vol au moment où légèrement, l’artiste la fit pivoter sur elle-même ; radieuse, légère, parfaite. Jailyn lui rendit son sourire si sincèrement et si tendrement qu’il en fut touché. Lui aussi se délectait pleinement de cet instant. Ils n’avaient jamais réellement eu de pause, d’instant magique ; le destin les avait cruellement séparés. Les voilà désormais réunis et plus forts, encore plus amoureux qu’au premier jour. Le peintre était animé d’une délicieuse envie de sceller toute l’œuvre de sa vie avec Jailyn. Personne d’autre. Il n’était plus le Dom Juan de l’époque. L’homme avide, passionné et fourbe. Il avait mûri. Ses erreurs avaient fait de lui un homme meilleur, un compagnon plus attentif, un frère plus aimant, et un père sans doute prochainement plus attendri ? La chose restait de l’ordre du doute. Ethan ne savait réellement pas si l’avenir avec Christopher, son enfant, son sang, son espoir, allait un jour leur être radieux. Jailyn revint vers lui, glissant sa main le long de sa nuque, et inondant de ses prunelles bleues les eaux claires des siennes. Il lui rendit tendrement son sourire, déposant ses lèvres sur les siennes, et se délectant de cette intimité sensiblement retrouvée. Je suis de ton avis. Nous avons connu des instants si durs, chacun d’entre eux étaient des épreuves réellement ardues qui nous ont à maintes reprises séparés, déchirés, mais nous voilà réunis, et cela est sans nul doute, la chose la plus importante à mes yeux. C’est comme à l’époque. T'en souviens-tu? Un sourire empli de regret habilla ses lèvres pâles et fines. L’artiste repensait à leur vie de château et à toutes leurs aspirations pour ce nouveau né. Certaines parties de cette vie lui manquaient. C’est un réel plaisir pour moi que de t’accompagner. Nous avions réellement besoin de sortir un peu, le manoir est désormais captif de trop douloureux souvenirs. Reconnut-il, les lèvres sortant un léger soupir. Le peintre garda son bras autour de la taille de sa compagne qui avait légèrement appuyé sa tête contre son torse au moment où un organisateur s’était élégamment présenté sur scène pour annoncer les résultats. Les noms tombèrent après un bref instant que l’homme meubla pour maintenir le suspens ; tous applaudirent et sourirent lorsque les deux jeunes filles grimpèrent timidement sur l’estrade, suivies de leurs cavaliers. Ethan reconnut parmi eux le chef du clan Cullen, Edward et sa ravissante fiancée Isabella. Il écouta avec un vif intérêt leurs discours avant que les danses ne reprennent. Jailyn et le peintre en profitèrent pour laisser la piste aux intéressés, allant à pas dégourdis le long d’un couloir couvert par les luxuriantes feuilles des chênes et des bouleaux. Ils observèrent la nature sauvage, se délectant de tous ses murmures, de tous ses soupirs langoureux. Les eaux roulaient avec monotonie le long de la vallée verte, les jonquilles emplissaient de leurs jolies teintes les hautes collines. Ils restèrent quelques secondes ainsi, silencieux, admiratifs, passionnés par le silence et le repos qui les avaient depuis si longtemps abandonnés. Enfin, ils les retrouvaient. Je suis heureux d’être avec toi, ici. D’avoir fait tout ce chemin avec toi. Je ne regrette rien de nos choix Jailyn. Sauf celui par rapport à Chri…Il n’osa pas terminer sa phrase ; parler de son fils d’une telle manière le renvoyait à la noire période suite à sa disparition. Il croisa le regard de sa chère et tendre avant de le reposer vers les cieux où se peignaient les traits jaunes et vifs du soleil.

• • •


Revenir en haut Aller en bas
Christopher Steadworthy
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 787
▌LOCALISATION : Tout près du manoir , terré dans les ténèbres .
▌JOB : Etudiant en sciences politiques
▌EN CE MOMENT : Monte sa révolution.
▌JUKE-BOX : Sean Paul > Touch the sky
▌AVATAR PRIS : Hunter Parrish

Relations & Informations
» Humeur:
46/100  (46/100)
» Arme / Pouvoirs :: Capacité à communiquer en montrant des images rien que par le toucher .
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Sam 19 Mai 2012 - 18:44

Spoiler:
 

Malgré la bonne ambiance régnant au bal, Steadworthy se sentait morose ; sa cavalière avait tous les charmes, toute la naïveté et la touchante tendresse humaine, mais, ce n’était pas ce à quoi le jeune homme aspirait. Il avait toujours été fougueux, impétueux, réellement motivé par le mouvement, le dynamisme. La vie. En dépit de l’enseignement austère et cruel de Barthelemy, parallèlement, le fils prodige avait appris d’une manière autodidacte, cette passion pour le mouvement, la vie réelle, motivante, entrainante. Il n’aimait pas les choses platoniques, sans grand fond. Un peu malheureusement comme cette jeune fille qui l’accompagnait. Ignorant bien vite sa présence, Christopher se sentit attiré par elle. Pareille à l’attraction puissante d’un aimant, le révolutionnaire se retrouva malgré lui, propulsé jusqu’à elle. Ses yeux bleus paraissaient tristes, sans éclat. Ses belles lèvres ne souriaient plus. Elle paraissait défaite, comme une poupée de chiffon. Face à son arrogante nonchalance, Melody se braqua ; elle refusait de croire qu’il l’avait vulgairement utilisée à ses fins, mais le pire, c’était qu’en dépit des sentiments naissants, il disait la stricte vérité. Il s’était servi d’elle ; pour lui, la jeune femme était l’arme parfaite dans son combat. Une vraie bombe à retardement qu’il pouvait utiliser tôt ou tard pour exploser ses adversaires. Mais quand elle lui demanda d’une voix pleine de colère s’il était réellement fier de sa prouesse, le machiavélique ne répondit pas. Il demeura impassible, muet. Son regard erra le long du petit ruisseau qui remontait jusqu’à la vallée verdoyante et fleurie. Un soupir sortit de ses lèvres ; devait-il continuer ce petit jeu stupide ? Ou bien fallait-il réellement qu’il change de stratégie ? Quel calcul pouvait lui permettre de retrouver l’intérêt que Melody lui portait ? Ne pouvait-il donc pas s’empêcher de penser tactique ? Manipulations et fourberies ? Hélas, non. Il avait été formaté ainsi. Comme une machine de guerre. « Oui. » Dit-il avec un cruel sentiment de honte qui lui naissait dans le fond du ventre. « Je… » Il hésita, terriblement confus et gêné. Sa prise de conscience était réelle et terriblement brutale. Melody lui avait ouvert les yeux sur l’horrible homme qu’il était ; jamais il ne s’était senti aussi stupide, dénué d’intérêt, aussi faible, bas. Passant sa main sur son visage pâli, le révolutionnaire enchaina, après s’être ressaisi « Je ne t’ai pas totalement utilisée. » Il marqua une pause alors que l’étudiante l’interrogeait curieusement du regard. Ses yeux bleus pétillaient comme de magnifiques pierres précieuses. « Ne sois pas vexée, ni même énervée. Ce n’est pas ce que je voulais…A vrai dire, je ne sais même pas ce que je veux dans le fond. » Reconnut-il. Ses doutes longtemps refoulés se soulevèrent comme une vague de scepticisme qui balaya tout sur son passage. Steadworthy repensait à Barthelemy, à Ethan, à Jailyn. A Karen, à April. A tous les partisans de la Vendetta. Ce plan était-il réellement le sien ou celui de son divinisé maître ? Il doutait. « Je ne sais rien Melody. » S’emporta t-il soudainement en tournant le dos à la jeune fille. Agacé d’être face à une impasse, le jeune homme allait et venait le long de la rive. Le vent était aussi impétueux que sa colère. Il faisait tourbillonner quelques pétales de roses qui recouvraient les cieux de leurs couleurs pastelles. « Je n’en sais rien. Je n’ai moi-même finalement aucune réponse ! » Lui rétorqua t’il brusquement. La jeune fille vint à confesser son malheur ce qui eut l’effet de calmer petit à petit l’ardente colère du jeune anglais. Christopher la dévisagea, à la recherche de réponses, mais en vain, Melody elle-même ne savait rien. Tous deux étaient perdus, manipulés par les mains habiles d’un destin fourbe. Ils étaient que deux pantins dans un jeu trop grand pour eux. « Moi aussi je me sens bien avec toi, mais..Tout est horriblement complexe. Je ne sais pas si rester ensemble est la bonne solution. A vrai dire, je ne sais pas si maintenant ce que je fais est bien. Cette vengeance, cette rage…Je devrai passer outre. Je devrai même te pardonner, comme je devrai pardonner à Jailyn et Ethan. Je ne sais réellement plus quoi faire. » Pour une fois, le chef de la Révolution doutait de lui et il sûr qu’un commandeur empli de doutes et d’interrogations n’est réellement pas bon pour la suite des opérations. Il soupira, baissa la tête alors que Melody la redressait à peine, intriguée de voir que le masque était tombé. Il redevenait ce petit garçon qui avait toujours eu dans son cœur, l’espoir d’une vie ensoleillée par le bonheur. « Tu ne dois pas choisir ! Au contraire, tu ne peux pas renier une de tes origines ainsi. J’aurais tellement aimé à l’époque connaître les miennes, et vois-tu, aujourd’hui je les connais et je suis lâchement prêt à les détruire. Pourquoi ? Parce qu’on m’a ordonné de le faire ! Tout me semble clair désormais, tout ! » Dit-il en plaçant sa main sur son front, désabusé, dégoûté. Il se rapprocha de Melody et encadra de ses mains tremblantes son visage brûlant. Ses yeux trouvèrent le chemin des siens avec une tendresse inouïe. « Arrête, ne te laisse pas abattre par ces gens. Tu dois être le propre maître de ton destin, et personne ne doit l’influer, pas même moi ! » La jeune fille avait les yeux vitreux ; parler de tout ça devait être horriblement difficile et douloureux pour elle. Il lui relâcha le visage et attrapa ses mains chaudes. « Ton choix doit venir de ton cœur, et de personne d’autre. Personne ne te tuera. N’oublie pas que tu es un atout aussi bien pour l’un que pour l’autre. Clairement, si j’ai bien compris vos histoires, les démons aspirent à terrasser les anges et inversement ? Toi tu t’avères être le point culminant de toute cette bataille car tu es au dessus d’eux. Les anges malgré la méfiance, verront naturellement en toi quelqu’un qui pourra leur détailler les moindres faits et gestes du camp adverse, et inversement. Ne néglige pas ta force. Eux ne sont rien. Ce sont des vermines que l’on peut exterminer très facilement ! Retiens toujours cela. Tu as la balle dans ton camp, c’est à toi de déterminer les règles du jeu. Personne d’autre ne doit prendre ce rôle, ton rôle ! » Le stratège et l’homme empli de confiance qu’il avait toujours été refaisait surface, balayant aussitôt le personnage plein de doutes et de scrupules. « Nous sommes désormais les seuls maîtres de nos destins, et rien ni personne ne nous dictera nos lois, d’accord ? » La jeune fille paraissait honteuse, elle baissait la tête, fermait un peu plus les paupières, soufflait tout bas. Il sentit son parfum dans ses poumons. Se délecta de tous les battements de son cœur. Ses doigts caressèrent sa joue tiède. « Melody, crois moi, personne ne te fera de mal. Je serai là pour te protéger, car je sais que je… » Dire ses sentiments était un exercice nouveau pour lui. Il ne savait pas comme s’y prendre ; Barthelemy ne lui avait pas appris les sentiments. Il n’en connaissait pas la couleur. « Je tiens à toi, et ça personne ne me fera changer d’avis dessus. » Ses lèvres effleurèrent à peine les siennes avant qu’il ne la blottisse dans ses bras avec une tendresse rare et admirable.

• • •

You're my moonlight, You're my sunlight.

Revenir en haut Aller en bas
Jude J. Kennedy
❀❀❀


avatar

Masculin
▌MESSAGES : 1335
▌LOCALISATION : Beverly Hills
▌JOB : Avocat
▌EN CE MOMENT : En mauvaise posture.
▌JUKE-BOX : Calvin Harris - let's go feat Ne-Yo
▌AVATAR PRIS : Jude Law

Relations & Informations
» Humeur:
50/100  (50/100)
» Arme / Pouvoirs :: Le pouvoir de te mettre en prison .
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Mer 23 Mai 2012 - 14:32

Spoiler:
 

Le bal semblait être une belle réussite qui fut couronnée de succès par l’arrivée importante de centaines de personnes venant de tous horizons ; Jude en connaissait certaines. Son regard s’attarda un long moment sur la silhouette bien familière de Thomas. Son protégé profitait d’un moment de tranquillité et d’intimité aux côtés de la flamboyante Lexy. L’avocat ne put s’empêcher d’arquer un sourcil tant il était surpris par une telle union ; son protégé restait assez discret sur sa vie personnelle, tous deux parlaient plus affaire qu’autre chose. Mais si Lexy pouvait le rendre heureux, alors pourquoi pas, pensa-t-il avec relâchement. Brooke remarqua également la présence inattendue de ce couple ; elle questionna du regard Jude par rapport à son élève et celui-ci acquiesça avec un maigre sourire en guise de réponse. Oui, c’est bien lui. Et il est en compagnie de ta sœur on dirait. Je ne savais pas qu’ils se fréquentaient. J’espère que cela calmera un peu les ardeurs de Lexy ! Ajouta l’anglais avec un léger sourire qui dut sans doute déplaire à Brooke. La styliste et lui enchainèrent leurs pas sous l’orbe dorée qui était accrochée en plein ciel ; un petit courant d’air léger les fit frissonner. Ils n’aspiraient à rien d’autre qu’à un instant de sérénité, de retrouvailles et de tendresse. Après leurs dernières aventures que l’on pouvait voir aussi comme la foudre du destin sur eux, les voilà de nouveau repartis sur une nouvelle route. Le britannique n’avait jamais été aussi heureux et épanoui de toute sa vie ; il était même désormais très confiant par rapport à l’avenir qui s’annonçait radieux aux côtés de son américaine. C’était son choix et il l’assumait pleinement. Sa magnifique fiancée le complimenta pour ses talents de danseur ce qui décrocha de sa part un petit rire, empli de fierté et de panache. Merci, c’est trois fois rien. Ajouta t-il modestement. Tu te débrouilles également très bien. Jude lui adressa un clin d’œil. Ils reprirent leur danse rythmée par la musique suave accordée par un orchestre de talent qui s’amusait à improviser vivement quelques notes pour distraire l’immense foule qui se regroupait sur la piste flamboyante. Le jeune homme perdit son regard dans le vide, remarquant de temps en temps une couleur empourprant un visage, ou une étincelle dans le fond d’un quelconque regard. Toute cette ambiance et ces danses presque toutes policées faisaient renaître en lui de bons souvenirs. Il se sentait nostalgique rien qu’en y pensant. Brooke serra plus fort sa main dans la sienne en ayant remarqué son état second. L’avocat noya son regard bleu dans celui de sa fiancée en expliquant avec un léger sourire, fier et triste à la fois. Je vais bien, je t’assure, juste ce bal me rappelle ceux auxquels j’ai participé quand j’étais plus jeune. Cela se passait à peu près de la même manière à part que c’était réduit à un cercle plus privé, élitiste dans la plupart des cas. L’ambiance était aussi plus stricte que celle-ci car il y avait des règles liées au décorum ; tout était assez protocolaire, bienséant, stricte en fait. Tu connais désormais le secret de mon aisance à danser sur ce genre de composition ! Un grand sourire combla le vide de son visage et ses yeux d’un bleu troublant redoublèrent d’éclat quand un rayon de soleil flamboya en leur centre. Cela me manque assez, avoua t-il finalement, d’un timbre posé. Mais je suis ravi de voir que certaines traditions sont quand même conservées. Mais pas toutes heureusement ! Il sourit de nouveau en posant ses lèvres sur la joue de sa fiancée. Je n’aurais jamais eu le droit de faire ça par exemple, murmura l’avocat en laissant ses lèvres dessiner la ligne imaginaire jusqu’à la bouche pulpeuse de la jeune femme. Tout en l’embrassant avec passion, Jude réduisit encore plus la distance entre leurs deux corps ; jamais il n’aurait pu se produire de tel spectacle à l’un des bals organisés par les familles aristocratiques de Cambridge ou même de Londres, jamais. Et rien que pour cela, il était ravi d’avoir participé à un tel évènement. Un peu de changement lui faisait vraiment le plus grand bien.

• • •

If you have it,
you don't need to have anything else,
and if you don't have it,
it doesn't matter much what else you have.


Revenir en haut Aller en bas
Drew L. Delorme
❀❀❀


avatar

▌MESSAGES : 1253
▌LOCALISATION : Beverly Hills
▌JOB : Héritier de la célèbre maroquinerie Delorme.
▌EN CE MOMENT : Vient de lancer la nouvelle collection printemps chez DELORME.
▌JUKE-BOX : Carly Rae Jepsen- Call Me Maybe
▌AVATAR PRIS : Tom Welling

Relations & Informations
» Humeur:
5/100  (5/100)
» Arme / Pouvoirs ::
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Dim 27 Mai 2012 - 17:08

Spoiler:
 

Un vent frais et délicieux planait sur Los Angeles ; du haut de ma terrasse, j’en sentais tous les parfums, j’en voyais tous les éclats et toutes les couleurs qui brillaient sous le soleil levant. La veille j’avais reçu un appel de la part de Natasha, ma charmante protégée, qui m’avait supplié de l’accompagner au bal du Printemps. Au départ, j’avais hésité car comme à mon habitude je n’étais pas réellement friand de ce genre d’évènements, néanmoins, la jeune fille m’avait promis des explications et m’avait confié son grand besoin de se confesser pour certains de ses pêchers. A l’attente de ces aveux hâtifs, j’avais alors accepté son invitation. L’aube dorée brillait dans les cieux de la ville tandis que je me préparai soigneusement pour le bal ; habillé d’un costume que Rachel avait confectionné pour moi, je me coiffai rapidement avant de me ruer hors de la chambre. Je n’avais aucune nouvelle d’Adrianna, ni de Charles, et encore moins de Brenny. Certains de mes amis et de mes connaissances avaient mystérieusement disparu ; Penny et Brandon étaient sans doute encore à Paris, quant à Lagerfelt, il devait probablement séjourner à Berlin. Adrianna était on ne sait où avec on ne sait qui. Cela me dérangeait et j’espérai qu’elle allait bien. J’avais enjoint Chris de me tenir informé de ses nouvelles. Mais rien depuis plusieurs mois. Résigné alors à cette existence plate et monotone, j’avais redoublé d’efforts pour les affaires de Delorme ; la nouvelle collection était un franc succès que bien des critiques avaient jugé comme réussite de la saison. Plusieurs clientes nous suppliaient de leur proposer très prochainement de nouveaux modèles aussi créatifs que ceux de cette session, ce que l’équipe et moi-même protégions naturellement de faire. Nous avions le filon désormais. Pénétrant dans ma Royce Roll, je demandai à mon chauffeur de me déposer devant chez Natasha. Au bout de quelques minutes, la jeune fille arriva à ma hauteur sur le perron. « Bonjour ! » Lui lançai-je tout sourire. La petite russe esquissa un bien maigre sourire, ses joues se colorant d’un rouge soutenu avant de m’emboiter le pas jusqu’au véhicule. Luis démarra en trombes. Cinq minutes plus tard, nous fûmes déposés devant l’entrée verdoyante du parc ; l’ambiance était au beau fixe. L’air frais s’engouffrait dans mes poumons et vivifiait mon esprit. Je sortis en premier du véhicule, gardant la porte grand ‘ouverte pour Natasha. La jeune fille glissa sa petite main dans la mienne et m’emboita le pas ; nous longeâmes un couloir fleuri et coloré par le savant doigté du Printemps. Artiste irréel, il avait peint dans les cieux toutes les nuances de l’arc-en-ciel. Le soleil se balançait timidement entre les filets safranés des nuages. Ebloui par toute cette opulence, tout ce faste et toute cette frivolité, je me laissai conquérir par le rythme endiablé imposé par un talentueux orchestre. Les cuivres ronronnaient et les bois sifflotaient les arias du bonheur. J’invitai Natasha à se joindre à moi sur la piste de danse. Mon regard s’ancra dans le bleu ardent de ses yeux. Elle me sourit timidement. « Tu es sûre que tout va bien Natasha ? J’ai entendu certaines choses… » Déclarai-je en omettant exprès de détailler ces fameux dossiers. Les histoires de la jeunesse dorée seconde génération m’échappaient encore bien plus que celle de notre première vague ; je n’y comprenais quasiment rien. Les affaires de tromperies, de jalousies et d’autres idioties ne m’intéressaient guère ; j’avais été déçu et troublé par ces faits, mais il me fallait en avoir le cœur net au sujet de ma protégée. La russe nécessitait plus que tout mon soutien par ce temps de crise. « Tu peux m’en parler, tu sais que je ne te jugerai jamais et que je ferai tout mon possible pour t’aider. Natasha, que se passe-t-il ? » Lui dis-je en la regardant droit dans les yeux. La jeune fille baissa la tête, honteuse. Tout à coup, un speaker s’avança sur l’estrade et félicita les gagnantes d’un concours ; toute la foule s’arrêta de danser afin de saluer le discours des jeunes filles. Je les applaudis à mon tour. Elles accordèrent au parterre enflammés par les cris joyeux et les regards d’envieux, une danse légère qui s’acheva rapidement sur les derniers accords d’un violon. Tout reprit ensuite calmement son cours. Natasha n’avait rien dit. Elle paraissait pensive, ailleurs. J’espérai qu’elle n’allait pas user d’un quelconque stratagème pour contourner la vérité. Je n’étais pas dupe et je n’étais pas son ennemi. Je voulais simplement l’aider et la protéger.


• • •

Love is just love, it can never be explained.
Revenir en haut Aller en bas
Natasha A. Reagan
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 134
▌LOCALISATION : Beverly Hills.
▌JOB : Etudiante en histoire de l'art ; stagiaire chez DELORME.
▌JUKE-BOX : Forever ; BEN HARPER.
▌AVATAR PRIS : Wonderful Benson.

Relations & Informations
» Humeur:
60/100  (60/100)
» Arme / Pouvoirs ::
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Dim 27 Mai 2012 - 20:15

Spoiler:
 


Natasha se regardait dans son miroir, insatisfaite de l'image qu'il lui retournait. Si quelqu'un avait posé les yeux sur elle, il l'aurait sûrement trouvée magnifique dans sa jolie robe couleur crème, avec ses yeux comme deux grands lacs calmes et ses cheveux blonds attachés en un chignon compliqué. Son teint de pêche aurait aimanté le regard de tous. Mais elle se trouvait terne, sans intérêt, son coeur rempli de regrets empiétait sur sa raison ; elle avait l'impression d'être un monstre. Or, Natasha Reagan était un modèle de droiture. Bien sûr, elle manipulait certains de ses amis, mentait à d'autres, pouvaient être légèrement hypocrite à ses heures perdues. Mais elle ne faisait jamais rien qui puisse blesser réellement, encore moins détruire la vie d'autrui. Jamais. Aussi, depuis l'affaire Josh, elle se sentait terriblement mal. C'était la raison pour laquelle elle avait téléphoné à Drew, la veille. Son protecteur et ami, une sorte de grand frère quand tout devenait trop dur à supporter. Elle ne pouvait imaginer ce qu'il pensait d'elle, peut-être se disait-il qu'elle était une garce ? Ne penses pas à ça, Natasha. Mets ton mascara, c'est tout. Peut-être avait-il accepté de l'accompagner juste pour lui démontrer par a + b à quel point elle était répugnante ? Tais toi, cerveau, tais toi... Et s'il la détestait, lui aussi ? Alors qu'elle allait commencer à s'inquiéter sérieusement sur une possible schizophrénie, un bruit de moteur la sortit de ses pensées obscures. Tâchant de faire bonne figure, un sourire se figea sur son visage. Elle attrapa son sac et monta dans la voiture de Drew. Bonjour, Drew ! Cette fois, le sourire fût plus sincère. Si elle n'avait pas baigné dans le luxe depuis sa prime jeunesse, Natasha aurait été impressionnée par la voiture de son ami, et tout ce qui l'entourait. On sentait que l'argent coulait à flots. Ils sortirent du véhicule et la jolie russe prit la main que Drew lui tendait. Elle ne s'expliquerait jamais ce sentiment de sécurité qui l'envahissait lorsqu'ils étaient tous les deux. Elle avait l'impression que plus rien ne pouvait lui arriver. Alors que les langues de vipères se déchaînaient contre elle, elle se sentait invincible. Elle ne ressentait ça avec personne d'autre, surtout pas avec Austin. Non, Delorme, c'était comme une personne de sa famille, le grand frère qu'elle avait toujours rêvé d'avoir. Son ange gardien. Ils dansèrent ensemble sur la piste bordée de fleurs aux couleurs printanières, partout se mêlaient bleu et rouge, jaune et rose. Les robes des femmes volaient au rythme des danses endiablées, dans un tourbillon chaleureux. Tout autour de la jeune femme semblait crier "détends toi, relâche la pression, c'est la fête". Elle faillit se prendre au jeu, jusqu'à ce que son partenaire capte son regard et demande une explication. Si les rumeurs qui couraient à son sujet la séparait d'une des seules personnes en qui elle avait confiance, elle ferait de la vie de tous ces médisants un enfer. Reagan avait des ressources cachées, elle n'était pas la poupée docile qu'elle laissait croire. Ses traits se durcirent un bref instant. Quel genre de choses ? Des rumeurs lancées par des enfants ? Tu ne vas pas croire ça... Sur la défensive depuis la fameuse question, Natasha avait répondu très vite. Un peu trop peut-être. Piètre tentative de se faire passer pour ignorante. Elle sera la main de Drew dans la sienne, comme pour se raccrocher à quelque chose. Elle n'avait pas envie de s'épancher sur tout ça. La conclusion était la même que lorsqu'elle avait rendu visite à son ex-fiancé : mauvaise idée. Drew pourrait ne pas comprendre et lui reprocher d'innombrables erreurs. La phrase du jeune homme faillit la faire parler, mais elle se referma sur elle-même. A ce moment-là, un tonnerre d'applaudissements retentit. On venait de faire l'Annonce, avec un grand A. Miss printemps. Natasha aurait aimé se présenter, elle l'aurait fait si l'affaire Silverstone n'était pas venue tout gâcher. Avec tous ces gens haineux qui ne comprenaient pas - Natasha ne les en blâmait pas, c'était normal - il aurait été impossible qu'elle gagne, voire même qu'elle soit considérée comme une candidate. Ses yeux étaient envieux tandis qu'elle fixait les jeunes femmes qui le temps d'une soirée étaient des princesses. De bien jolies princesses. Le regard fuyant, sa voix était monotone lorsqu'elle répondit à son ami. Des enfantillages, c'est tout, rien de plus.

• • •
always love, always you






Dernière édition par Natasha A. Reagan le Lun 28 Mai 2012 - 11:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Isabella M. Swan
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 1396
▌LOCALISATION : Tree Hill, au manoir des Cullen.
▌JOB : Etudiante en langue, littérature et civilisations étrangères à l'université de New Heaven.
▌EN CE MOMENT : Profite du bal en la compagnie d'Edward
▌JUKE-BOX : Gotye - Somebody That I Used To Know
▌AVATAR PRIS : Kristen Stewart

Relations & Informations
» Humeur:
100/100  (100/100)
» Arme / Pouvoirs :: Bouclier humain, esprit inaccessible qui la rend imperméable aux attaques mentales
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Lun 28 Mai 2012 - 11:28

Spoiler:
 


Le soleil faisait scintiller de mille feux les moindre recoins du parc où se déroulait la fête du printemps. Sous ses rayons, les robes des danseuses brillaient de leur plus bel éclat, apparaissaient sous leur meilleur jour. Au milieu de la piste de danse, tendrement enlacée à son compagnon, Bella se laissait aller enfin aux plaisirs de la journée, dansant sur le rythme de la musique jouée non loin de la piste. Néanmoins, son regard vert s'accrochait sans cesse à la silhouette gracieuse de sa meilleure amie, main dans la main également, avec un de ses amis qu'elle ne connaissait que peu. Néanmoins, selon les dires de l'ange, c'était un homme de confiance, rien à voir avec ce Nicholas, qu'Isabella guettait également. Hors de question qu'il vienne gâcher la douceur de ce moment. Edward remarqua sans le moindre mal que sa fiancée se faisait du soucis pour la belle blondinette. Par des paroles tendres, il lui demanda d'apaiser son esprit, la rassurant sur la situation. Après un instant d'hésitation, la belle finit par obtempérer. « Tu as raison .. Excuse moi, elle m'a l'air apaisée, tu as raison. » Et il avait raison, en cas de soucis, ils se trouvaient à quelques pas de Gabrielle. La danse se poursuivit, harmonieuse, magnifique. Sous les regards admiratifs de quelques personnes venues en célibataire, le couple termina la danse d'une manière exquise, leurs pas se faisant en totale concordance. Lorsque la musique cessa, la linguiste jugea le moment opportun pour aller, en compagnie de l'homme qu'elle aime, déambuler dans les allées somptueusement fleuries du parc. D'une démarche calme et assurée, ils s'éloignèrent des autres duos, pour s'éloigner de la musique, plus douce une fois la danse finie. Son regard observateur s'attardait sur chaque branche d'arbre s'offrant à sa vue, chaque fleur colorée qui apparaissait dans l'herbe fraîche … Elle voulait que cet instant, au bras d'Edward, si calme, si doux, dure une éternité. Que jamais cela ne prenne fin, qu'il n'y ai jamais de lendemain, seulement l'instant présent. Calmement, la jeune femme manifesta son désir de passé son éternité auprès d'Edward dans d'égales journées à celles ci. Tout semblait si parfait à cet instant, qu'elle en était presque émue. Après avoir traversé tant d'épreuves, il était légitime qu'un peu de calme et de répit leur soit offert. Au détour d'une allée parsemée de bosquets, l'étudiante s'arrêta. Un sourire léger se dessina sur ses lèvres, à l'image de la bouche d'Edward qui s'étira en un sourire lorsqu'il lui confia à son tour désirer la même chose qu'elle. Mais en attendant, la journée entière s'offrait à eux, et ils devaient en profiter, comme chaque jour de leur existence. Bella hocha la tête, alors qu'Edward approchait ses lèvres des siennes lentement. Elle sentait son souffle délicat caresser sa peau, sans même qu'il fusse assez proche pour l'embrasser. « C'est exact, cette journée est parfaite alors savourons là.. » Enfin, ses lèvres fines vinrent à la rencontre de celles de son fiancé. Un court instant, elle en oublia le bal, et tout ce qui se trouvait autour du couple. La magie de l'instant, de la journée, rendait tout absolument parfait. Bella eut presque un mouvement en avant lorsqu'Edward se sépara d'elle, comme si il lui était trop douloureux de se séparer d'avantage de lui. Il l'intima à retourner auprès des autres, et, silencieuse, la jeune femme accepta d'un hochement de tête. Elle reprit le bras de son fiancé, avant de retourner auprès de la foule. Sur l'estrade éclairée, se trouvait fièrement l'organisateur du bal. Distraite, Bella cherchait du regard, discrètement, sa meilleure amie, lorsqu'elle entendit leurs deux prénoms. Isabella et Gabrielle ? Miss Printemps ? Etonnée, Bella regarda un court instant, confuse, Edward. Celui ci lui adressa un regard fier, l'applaudissant haut et fort. La jeune femme, peu habituée à tous ces regards fiers, se pinça la lèvre avant d'esquisser un sourire. Invitée à rejoindre Gabrielle sur l'estrade, Bella s'accrocha au bras de son fiancé comme à une bouée de secours, se dirigeant d'une démarche qu'elle voulait assurée vers la scène, ou se trouvait déjà son amie. Celle ci, rayonnait de bonheur, et cela balaya les doutes de la linguiste. Elle salua Raphael, déposa un baiser sur la joue de Gabrielle, et elles entrelacèrent leurs doigts, montant toutes deux fièrement en compagnie de leurs cavaliers sur l'estrade. Gabrielle fut la première à prendre la parole, et Bella fut profondément touchée par ses paroles. Son émotion était grande, et la jeune brune manifesta sa présence en serrant d'avantage la main de sa meilleure amie. Une fois que celle ci eut terminé son superbe discours, Bella enlaça Gabrielle tendrement, avant de s'approcher à son tour. « Je dois bien avouer que ... Je ne m'attendais vraiment pas à recevoir un titre si important aujourd'hui ... » Elle se mordit la lèvre inférieure, cherchant ses mots, balayant du regard la foule. « Avant tout, merci à tous et à toutes. Et à l'image de mon amie, je pense sincèrement que vous toutes méritiez ce titre. Vous êtes toutes superbes, et représentez toutes la beauté de ce qu'est le printemps à mes yeux : Coloré, vif, inspirant la joie et la félicité. » Resserrant la main de Gabrielle, la jeune femme poursuivit : « Bravo également à vous deux, Gabrielle et Raphael, vous formez un duo magnifique, et Gabrielle, tu incarnes le printemps, sa fraîcheur et sa douceur, je ne te le répéterais jamais assez, tu es magnifique. » Un sourire doux étira les lèvres de l'étudiante, qui reporta ensuite son attention vers Edward. Tendant une main dans sa direction, elle prit sa main dans la sienne. « Enfin, merci au plus parfait des cavaliers, celui qui m'a toujours soutenue et supportée ... Edward Cullen. Ce titre je ne l'aurait jamais eu sans toi à mes côtés, puisque tu me rends meilleure chaque jour. » La foule applaudit, et timidement, Bella recula pour retourner se placer avec Edward auprès de l'autre duo. Gabrielle intima les autres à profiter des festivités, et Bella applaudit, hochant vivement la tête. Elle prit doucement la main d'Edward dans la sienne, avant de quitter l'estrade pour se mêler à la foule se mettant à danser.

• • •
I've waited a hundred years, but I'd wait a million more for you. If I had only felt the warmth within your touch, if I had only seen how you smile when you blush, or how you curl your lip when you concentrate enough I would have known what I was living for .


Revenir en haut Aller en bas
Maria Sanchez
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 1528
▌LOCALISATION : Neptune
▌JOB : Styliste
▌EN CE MOMENT : A peur des démons du passée
▌JUKE-BOX : Jet Lag - Simple Plan
▌AVATAR PRIS : Selena Gomez

Relations & Informations
» Humeur:
100/100  (100/100)
» Arme / Pouvoirs :: Ma créativité
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Lun 28 Mai 2012 - 11:37

« Évidemment ! Avec tous les mecs qu’il y aura, on ne sait jamais. J’espère bien parce que pour moi, tu est la seule ! » Je lui souris. Touché par ses mots. Il savait toujours quoi me dire pour me mettre dans tous mes états et je crois qu'il adorait ça en plus le goujat. Il déposa un baiser sur mes lèvres et j'oubliais ou j'étais et que nous devions partir pour le bal.

La soirée était tout simplement sublime et tout était parfait. C'était vraiment une grand réussite et je crois que je n'aurais pu rêver meilleure occasion pour ma première sortie en tant que petite amie de Josh Silverstone et je crois que nous prenions l'un et l'autre beaucoup de plaisir à être ici, ensemble. J'avais l'impression de revenir des années auparavant, quand Josh et moi on sortait ensemble et quand je n'étais pas encore l'ennemi numéro un de sa famille. Même Joanna avait rejoint le point de vue des autre membres de la famille. J'étais déçu mais je ne voulais pas que cela vienne gâcher cette soirée. Nous dansions, nous parlions de tout et de rien, nous rigolions. C'était vraiment bon d'être la avec lui. Je l'aimais, et ce depuis longtemps. Je crois que jamais plus je ne pourrais vivre sans lui. La soirée passa et vient la remise des prix pour Miss Printemps. Je souris, et attendis que les résultats soit divulgués. Je n'avais pas gagner, mais j'avais gagner bien plus encore ce soir. J'applaudissais chaleureusement les deux gagnantes. « Elles sont ravissantes les deux gagnantes mais elle n’arrive pas à ta cheville, c’est certain ! » Je lui souris, le regarde un instant et déposais doucement mes lèvres sur les siennes, pour le remercier du compliment et de tout ce qu'il me faisait ressentir de merveilleux.

C'est très gentils mon chéri. Lui dis-je en souriant. Toi aussi tu dépasse de loin tout les autres ! Dis-je, vraiment très fière d'être avec lui ce soir car pour moi, il était tout ce qu'il pouvait m'arriver de mieux et peu importe ce que les gens disait. Je suis vraiment super contente d'être là ! Cette soirée est vraiment parfaite !

Un long silence s'en suivit, et je savais bien que Josh était préoccupée, surement à cause de la fille, sa meilleure, que nous avions en début de soirée et qui n'avait pas l'air d'avoir la forme. Je rendais compte que je ne savais presque rien de la vie d'étudiant de Josh, alors que lui il suivait un peu mon travail, me demander des nouvelles. J'allais devoir arranger ça mais je ne sais, je sentais que ce n'était pas vraiment le moment de lui parler de ça. Une intuition que j'avais. Je décidais de briser le silence en parlant de la famille de Josh. Mauvaise idée. Josh se braqua et s'énerva. Je changeais rapidement de sujet, ne voulant pas qu'il reste énervé. Je lui parlais d'Andréa, désureuse de la connaître un peu plus, après tout, elle était la meilleure amie de Josh, ce ne pouvait être qu'une fille adorable et gentille. « Je te la présenterai quand les choses se calmeront. Oh ! Peut être que te rencontrer lui permettrait d’oublier ses problèmes quelques instants, qui c’est ! Elle compte énormément pour moi et le simple fait de la voir dans cet état m’attriste. J’irai la voir chez elle après le bal quand je t’aurai raccompagné. Je veux m’assurer qu’elle pourra tenir le coup. » Je le regardais et hochais la tête.

D'accord, tu n'aura qu'a me dire quand cela sera le moment et je viendrais. Je le regardais en souriant. Cela me ferais très plaisir de la rencontré aussi tu sais, et puis comme c'est ton amie, je suis sur que je n'aurais pas de mal à l'appréciée et à bien m'entendre avec elle ! Je posais ma main sur sa joue. Ne t'en fais pas, je suis sur que cela va s'arranger et qu'elle ira mieux rapidement, et puis je sais bien que tu ne la laissera pas tomber. Elle a de la chance de t'avoir …

Je lui disais ensuite encore une fois combien j'étais heureuse d'être avec lui, de l'avoir retrouver malgré tout ce qu'il c'était passer durant les dernières année, et le reste. Il était l'homme de ma vie, ma vie tout simplement en faite et rien ni personne ne me l'enlèverais. Pas encore. « Moi aussi et je dois que j’attendais ce jour avec impatience. J’ai la chance d’être un surfeur titré et d’avoir la plus belle petite amie ! Que demander de plus ?! » Dit-il en rigolant. Mon rire rejoins le siens. Dès qu'il me parlait, me regardait, j'avais vraiment l'impression d'être la chose la plus précieuse au monde et je ne pouvais dire à quel point cela me toucher. J'avais l'impression d'être une princesse. Il me dit tournoyer, et me ramena contre lui. Je posais légèrement ma tête sur son épaule, comblée de bonheur. Je souris, et lui soufflais un «  je t'aime »  des plus sincère.

• • •
« Everyday should be a new day to make you smile and find a new way of falling in love. I could fallen in love. Out of our minds, and out of time; Wishin' I could be with you to share the view. We could've fallen in love »
Revenir en haut Aller en bas
Melody D. Hepburn
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 397
▌LOCALISATION : Dans un petit studio
▌JOB : Etudiante
▌EN CE MOMENT : le hait et l'aime en même temps
▌JUKE-BOX : Selena Gomez - &quot;Who says ?&quot;
▌AVATAR PRIS : Elsa Hosk

Relations & Informations
» Humeur:
100/100  (100/100)
» Arme / Pouvoirs :: Je peux voler comme un oiseau, je peux me déplacer sous la terre d'une vitesse fulgurante & beaucoup d'autres pouvoirs inexplorés.
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Lun 28 Mai 2012 - 17:10

La soirée ne tournait vraiment pas comme je l'avais prévue. Bien sur j'étais vraiment comblée que Chris me laisse m'expliquer, qu'il me donne, en quelque sorte, une deuxième chance. C'était beaucoup plus que je ne pouvais l'espérer après ce que j'avais fais. Mais il continuait pourtant a me dire des morts blessants, qui me brisé le coeur encore et encore. Mais le pire pour moi, c'était de savoir qu'il ne pensait pas vraiment ce qu'il disait, je le sentais, le voyais dans ses yeux. Il avait beau dire qu'il se fichait de moi, qu'il m'avait utilisé, et c'était peu être vrai, mais il y avait plus que ça entre lui et moi et je savais qu'il en était lui aussi conscient. Mais je savais que je méritais sa colère et ses mots durs, blessants. Je lui demandais alors si il était fière de ce qu'il avait fait, de m'avoir manipuler, utiliser. Je ne comprenais pas pourquoi il refusait d'admettre qu'il ne se fichait pas de moi, juste ça. « Oui. » Je sursautais à ce oui, qui avait l'air si vrai. Cela ne pouvait pas être possible, il se fichait de moi ou quoi ? Je fermais les yeux, triste et déçu. J'étais aller trop voilà tout, je m'étais attaché a lui trop vite, alors même que je ne savais rien de lui, ou presque. « Je… » Je tournais la tête vers lui, un espoir naissant en moi doucement mais j'étais aussi surprise qu'il hésite, jamais il n'avait hésité depuis que je le connaissais. Peu être qu'il allait de me mentir, de se mentir à lui-même aussi. Il semblait vraiment mal, une première de la voir comme ça. Il passa ses mains sur son visage, et je ne le quittais pas des yeux. « Je ne t’ai pas totalement utilisée. » Je fronçais les sourcils. Mi-vexée, mi en colère. Pas totalement ? Cela voulait dire quoi ça ? Je le fixais, attendant la suite de ses explications. J'étais perturbée par son changement de comportement. Je voulais tellement être dans sa tête parfois pour le comprendre encore mieux. « Ne sois pas vexée, ni même énervée. Ce n’est pas ce que je voulais…A vrai dire, je ne sais même pas ce que je veux dans le fond. » Je le regardais, complément perdue moi aussi par son changement d'humeur.

Pas ce que tu voulais ? Lui dis-je en le regardant. Alors pourquoi tu l'a fais Christopher ? Personne ne t'obligeais a faire ça, à m'utiliser comme ça. Je respirais, tentant de garder mon calme, ne voulant pas que cela parte encore dans une dispute et des cries. Je veux dire .. je … j'aurais absolument fait n'importe quoi pour toi si tu me l'avais demander. Et le pire ? C'est que cela ne pose aucun problème.

 " Je ne sais rien Melody. » S'emporta t-il soudainement. Je frissonnais et il me tourna le dos, allant et venant sur les bords du petit lac. Il semblait vraiment perdue, agité, tellement peu le Christopher que je connaissais que cela me secouée. « Je n’en sais rien. Je n’ai moi-même finalement aucune réponse ! » J'en étais convaincu. Lui et moi avions beaucoup de question sur nous même, sue que la vie, les autres attendaient de nous, mais les réponses nous échappait, et les autre ne le comprenait pas. Comment le pourraient t-ils finalement ? Encore une preuve que nous nous ressemblions. J'étais certaine que la vie ne m'avais pas mis sur son chemin pour rien. Mais il était clair que l'on avait aucune chance contre le destin, on était ce qu'on était et nous n'avions aucun moyen de changer. Pourtant je savais que Christopher et moi étions liés, et je mettrais ma main à couper que lui aussi le sentait. Je lui racontais alors mon problème. Mon choix entre les anges et les démons, le fait que quand j'étais avec lui tout semblait être un peu plus en ordre. « Moi aussi je me sens bien avec toi, mais..Tout est horriblement complexe. Je ne sais pas si rester ensemble est la bonne solution. A vrai dire, je ne sais pas si maintenant ce que je fais est bien. Cette vengeance, cette rage…Je devrai passer outre. Je devrai même te pardonner, comme je devrai pardonner à Jailyn et Ethan. Je ne sais réellement plus quoi faire. » Je le regardais, et je savais au fond de moi, au fond de mon coeur qu'il avait malheureusement raison. Rien n'était simple depuis le début et rien ne serait jamais simple entre nous mais je n'étais pas prête à abandonner Christopher. La seule vrai question était est ce que j'avais le droit de m'accrocher si lui avait laisser tombé.

Je ne sais pas non plus si rester ensemble est le bon choix, probablement que non. Dis-je en riant nerveusement. Mais je crois pas être prête à renoncer a nous. Avouais-je timidement. Même si cela ne nous facilite encore moins la tâche. Je crois que cette rage est justifié après ce que tu as vécu, mais peu être que tes parents n'ont pas eu le choix, qu'ils ont eu peur. Peu être que tu réagis trop vivement. Mais quoi qu'il en soit, et quoi que tu décide, je serais là. Lui promis-je en le regardant. Pour ce qui est de pardonner, je ne peux pas t'aider à faire ton choix. Évidement je préfèrerais que tu me pardonne. Dis-je en riant mais toujours triste. J'ai fais le mauvais choix, j'ai laisser mes émotions prendre le dessus. Crois moi, jamais je n'est voulu aller aussi loin. D'ailleurs, je ne pensais même pas croisais tes parents … Et je m'en veux tellement de m'en être prit à toi. Je plongeais mon regard dans ses yeux. Fais ce qu'il te semble juste, pas ce que quelqu'un te dit de faire. Toi seul peut savoir quoi faire.

Je le voyais perdu, mal mais je ne savais vraiment pas quoi faire pour l'aider. Le pouvais-je seulement ? Je n'en étais pas certaine. « Tu ne dois pas choisir ! Au contraire, tu ne peux pas renier une de tes origines ainsi. J’aurais tellement aimé à l’époque connaître les miennes, et vois-tu, aujourd’hui je les connais et je suis lâchement prêt à les détruire. Pourquoi ? Parce qu’on m’a ordonné de le faire ! Tout me semble clair désormais, tout ! » Je le regardais, ne comprenant pas la fin de sa phrase qui me semblait être plus adressé a lui-même qu'a moi. Il était de mon avis, et cela renforcer ce que je pensais, que c'était horrible de me demander de choisir. Il s'approcha de moi et nous yeux se trouvèrent instantanément. Ses mains autour de mon visage, ses yeux dans les miens, j'aurais pu rester comme ça longtemps. Je le regardais, me sentant bien mieux maintenant. « Arrête, ne te laisse pas abattre par ces gens. Tu dois être le propre maître de ton destin, et personne ne doit l'influer, pas même moi ! »

Je ne sais vraiment pas quoi faire, mais je sais que je n'arriverais jamais a me décider entre les deux. Comme tu la dis, comment choisir de renier une part de moi, de mes origines ? C'est impossible. C'est comme me demander de choisir entre mon père et ma mère. Dis-je en le regardant avec de petit yeux.

Il lâcha mon visage et vint prendre mes mains dans les siennes, mains que je serrais comme si elles m'empêchais de tomber. Je le regardais, tout a fait calmer maintenant, tout colère, peine envoilé par ce qu'il me regardait, me prenais les mains, était là, avec moi tout simplement et que j'avais cru que cela ne serait plus jamais le cas. « Ton choix doit venir de ton cœur, et de personne d’autre. Personne ne te tuera. N’oublie pas que tu es un atout aussi bien pour l’un que pour l’autre. Clairement, si j’ai bien compris vos histoires, les démons aspirent à terrasser les anges et inversement ? Toi tu t’avères être le point culminant de toute cette bataille car tu es au dessus d’eux. Les anges malgré la méfiance, verront naturellement en toi quelqu’un qui pourra leur détailler les moindres faits et gestes du camp adverse, et inversement. Ne néglige pas ta force. Eux ne sont rien. Ce sont des vermines que l’on peut exterminer très facilement ! Retiens toujours cela. Tu as la balle dans ton camp, c’est à toi de déterminer les règles du jeu. Personne d’autre ne doit prendre ce rôle, ton rôle ! » Je l'écoutais, totalement conquise par son ton, par ses mots, par tout cette confiance qu'il m'attribuait et convaincue qu'il disait vrai, et je me rangeais a son avis. Tout ce qu'il disait été vrai. J'étais bien au dessus des anges et des démons, j'étais bien plus que cela et donc plus puissante aussi. Je n'avais pas à les écouter et a faire ce qu'ils me disaient. Chris avait raison. « Nous sommes désormais les seuls maîtres de nos destins, et rien ni personne ne nous dictera nos lois, d’accord ?" Je me mordillais la lèvre, honteuse, mourant d'envie de lui dire oui mais n'étant pas sur à 100% que cela soit le bon choix. Je ne savais vraiment pas quoi faire. Je sentis alors ses doigts sur ma joue, je relevais les yeux vers lui, si beau, si indescriptible. « Melody, crois moi, personne ne te fera de mal. Je serai là pour te protéger, car je sais que je… » Je le regardais, restant pendue a ses lèvres, les yeux brillant, pleins d'espoir, attendant qu'il finisse sa phrase. Mon coeur battait vite, trop vite surement, ma respiration devenait irrégulière. « Je tiens à toi, et ça personne ne me fera changer d’avis dessus. » Je frissonnais alors qu'il déposait à peine ses lèvres sur les miennes avant de me prendre dans ses bras. Je me blottissais contre lui, yeux fermés, un sourire sur mes lèvres. Je n'avais plus peur maintenant qu'il était avec moi.

D'accord. Dis-je simplement, restant contre lui. Ne laissons plus personne nous contrôlés, on vaut mieux que ça. Ca vaut aussi pour toi, je ne sais pas de quoi il retourne, mais toi aussi tu dois être libre de faire tes propres choix, sans que quelqu'un te dise quoi faire. Promet-moi que toi aussi tu le fera. Nous deux, sans personne pour nous dictés notre conduite, d'accord ? Je quittais ses bras et le regardais dans les yeux, prenant son visage entre mes mains.

• • •
« Life is getting harder day by day And I don't know what to do, what to say And my mind is growing weak every step I take It's uncontrollable. Now they think I'm fake, yeah. Coz I'm not alone. And I, I get on the train on my own And my tired radio keeps playing tired songs And I know that there's not long to go Oh, and all I wanna do Is just go home. Not Alone || Mcfly. »
Revenir en haut Aller en bas
Drew L. Delorme
❀❀❀


avatar

▌MESSAGES : 1253
▌LOCALISATION : Beverly Hills
▌JOB : Héritier de la célèbre maroquinerie Delorme.
▌EN CE MOMENT : Vient de lancer la nouvelle collection printemps chez DELORME.
▌JUKE-BOX : Carly Rae Jepsen- Call Me Maybe
▌AVATAR PRIS : Tom Welling

Relations & Informations
» Humeur:
5/100  (5/100)
» Arme / Pouvoirs ::
» Your Relations:
MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Mer 30 Mai 2012 - 16:08

Spoiler:
 

Nous longeâmes une allée empruntée par les vents parfumés et les rayons obstinés du soleil ; je regardai ici et là, l’air songeur, tout en gardant un œil averti sur ma protégée. J’avais le sentiment que Natasha me cachait quelque chose. Elle baissa la tête à plusieurs reprises, les joues rouges, les yeux légèrement vitreux alors que je décelai une certaine tension dans l’atmosphère lorsque nous nous approchâmes de la piste. C’était comme si ces jeunes filles en fleur méprisaient l’une des leurs. Ces comportements haineux et sans profondeur m’avaient toujours réellement indifféré ; je n’appréciais pas les sournoiseries entre les jeunes. Notamment entre ceux du groupe dont j’étais membre. La Jeunesse Dorée, première génération. Les coups de poignard, les paroles en l’air, les œillades noires et dédaigneuses. Tout cela me laissait bien des fois pantois. Je ne comprenais pas comment la nature humaine pouvait se montrer si odieuse. Cette interrogation me brûla les lèvres au moment où mon regard rencontra celui d’une jeune fille qui toisait méchamment la jeune russe. Natasha redressa fièrement la tête, n’accordant pas le moindre crédit à de telles niaiseries. C’était bien et sage de sa part. J’aurais agi pareillement. La jeune fille et moi étions moulés quasiment à l’identique ; nous avions le même sérieux, le même sens du devoir, la même droiture. Nous étions attachés aux valeurs et aux mœurs. Néanmoins, j’avais appris par le biais de rumeurs quelques histoires bien sordides fomentées par la jeune Natasha. La petite fille de Ronald Reagan aurait accusé à tord et à travers un jeune d’agissements cruels ? Je n’y comprenais rien. Suivant son pas gracieux, je posai mon regard dans le sien ; elle tenta de s’en défiler en portant ses prunelles claires vers l’estrade où le jury annonçait le nom des gagnantes. De charmantes jeunes filles qui lancèrent un message d’amour et de bonheur à toute la foule. L’orchestre accompagna ce discours d’un morceau somptueux. « Je suis conscient que je ne devrais pas me fier à de tels papotages, cependant…Ton comportement a changé Natasha. Je ne t’en blâme pas, mais j’ai le sentiment que tu n’es pas totalement sincère avec moi. » Je portai mon regard vers celui de la jeune fille qui réprima un soupir. Elle baissa les yeux, cherchant sans doute la force et les bons mots pour m’affronter. « J’ai appris avec le temps que certaines rumeurs ont un fond de vérité. » Décrétai-je en me rappelant des messes-basses inventées par les filles de la jeunesse dorée première génération. Je soupirai. « Il semblerait que tu aies été victime d’une agression. Est-ce vrai ? » Je cherchai à travers son regard une réponse, une lueur qui éclairerait mon chemin, mais en vain. Natasha n’était pas du genre à se livrer facilement ; détailler une à une ses faiblesses n’avait rien de particulièrement reluisant. J’en prenais conscience car j’étais exactement comme elle. J’avais même participé, malgré moi, à son éducation. « Je ne vais pas te juger, je veux simplement t’aider comme je l'ai toujours fait. Je suis de ton côté et je le serais toujours. J’en ai fait la promesse à tes parents, et à toi aussi. » Lui dis-je avec un calme fascinant. « Allons plus loin. » Natasha m’emboita le pas hors de la piste de danse où l’atmosphère était bien accablante ; nous fûmes foudroyés par les regards inquisiteurs des uns et des autres, mais nous les ignorâmes avec courage et hardiesse. J’avançai au pas aérien de la jeune fille, laissant mon regard se balader sur les lignes bleutées du ciel. Les nuages y dansaient avec grâce, tout comme les oiseaux qui en fendaient de leurs plumes noires, la blancheur immaculée. Nous nous installâmes près d’un petit ruisseau. Les clapotis de l’eau contrastaient avec la mélodie déchainée de l’orchestre dont le vent apporté quelques notes éparses jusqu’à nos oreilles. « Que s’est-il passé ? Austin est derrière cette affaire ? » Je soupirai, ne supportant vraiment pas le comportement du jeune acteur. Wards était dans ma ligne de mir depuis le jour du mariage qu’il avait complètement gâché à cause de sa bêtise. Je me souviendrai toujours de cette journée terrible ; le regard embué de larmes de Natasha et ses sanglots irrépressibles les jours suivant cette catastrophe. Depuis, je n’appréciais plus l’acteur. Je trouvais que Natasha méritait bien mieux que lui.


• • •

Love is just love, it can never be explained.
Revenir en haut Aller en bas
Ashlee V. Charleston
❀❀❀


avatar

Féminin
▌MESSAGES : 66
▌AVATAR PRIS : Miley Cyrus

MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   Sam 2 Juin 2012 - 18:15

Spoiler:
 


Ashlee
« La fête du Printemps »


Une fête, une fête du printemps avait lieu au parc aujourd'hui. J'en avais beaucoup entendu parler mais je n'avais pas vraiment été interessée pour y aller, surtout pour voir des têtes qui ne me reviennent pas, mais en même temps c'était une occasion de s'amuser un peu, et étant revelers, il était normal que j'y participe, même si je n'avais pas vraiment une bonne entente avec la moitié de la confrérie..A force j'avais l'habitude, des regards, des chuchotages lorsqu'on me voyait, mais je n'en prêtais plus vraiment attention actuellement. Je venais donc d'arriver au parc, habillé par une robe assez simple. J'entendais déja la musique qui était plut pas mal...J'aperçu quelques personne enfin presque tout les reverlers, je n'avais pas envie d'aller vers eux. J’espérais que Joanna, allait arriver assez rapidement, j'esperais qu'elle serait là, que je vois au moins une personne à qui je tenais. Je soupirai, je voyais quelques pimbêches avec leur chéri ou autre...Désolant, peut etre que j'étais jalouse quelque part? A vrai dire c'était surement le cas...mais bon je me dis que je rencontrerai bientôt quelqu'un, qui saura faire battre mon coeur, et me faire oublier entierrement Austin, même si je n'ai plus de sentiments poru lui à part la haine. Je savais que j'allais le voir ce soir, et honnêtement je ne le calculerai pas, comme je sais si bien le faire. Je me dirigeai alors directement vers le bar, histoire de boire pour le moment un simple coca, sachant que je n'allais pas boire que ça ce soir.

Une fois que j'eu ma boisson, je commençai alors à la boire tranquillement, espérant que je n'aurais pas à parlé à certaines personnes..Et dire, qu'avant, tout les revelers étaient soudés, maintenant depuis ses rumeurs, plus rien n'est pareil mais c'est comme ça, il faut faire avec. Je regardai mon portable, lisant le message que Joanna m'avait envoyé.
Codage fait par .Jenaa



• • •

Matias B. Ribeiro, My Love

Je t’aime. Je t’aime à un tel point que ça me dévore... Je t’aime tellement, et je sais que tu m’aimes aussi. Je t’en prie, dis moi que tu m’aimes... Dis moi que tout ce qu’on s’est affligé, tous ces mensonges, toutes ces trahisons, toutes ces disputes avaient une raison d’être. Dis moi que c’était pas pour rien...
© CODAGE & MISE EN PAGE FAIT PAR MINNIE.
Revenir en haut Aller en bas
http://love-isnotfar.forumactif.fr/
Contenu sponsorisé
❀❀❀





MessageSujet: Re: LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun   

Revenir en haut Aller en bas
 

LA FETE DU PRINTEMPS ✿ rp commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Your Destiny  :: » Parc-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com | Cinéma, Télévision | Télévision, Séries, dessins animés